Le superordinateur le plus rapide est à nouveau chinois

23/06/14 à 13:53 - Mise à jour à 13:53

Source: Datanews

La Chine confirme une fois de plus sa position de pays possédant le plus puissant superordinateur. Le meilleur superordinateur européen se classe à la sixième place.

Le superordinateur le plus rapide est à nouveau chinois

La Chine confirme une fois de plus sa position de pays possédant le plus puissant superordinateur. Le meilleur superordinateur européen se classe à la sixième place.

Pour la troisième fois consécutive, c'est le superordinateur chinois Tianhe-2 ('galaxie-2') qui domine le classement. Avec une puissance de calcul de 33,86 péta-flops, il s'agit de l'ordinateur le plus rapide au monde. La machine est utilisée par l'université de technologie de la défense installée dans la ville chinoise de Guangzhou.

Au deuxième rang, l'on trouve le Titan offrant une vitesse de 17,59 péta-flops par seconde. Cette machine, se composant d'un Cray XK7, est utilisée par le département américain de l'énergie.

Le superordinateur européen le plus rapide se trouve en Suisse. C'est en effet le national supercomputing centre CSCS de Lugano qui possède le Piz Daint, un Cray XC30, l'ordinateur le plus rapide d'Europe avec ses 6,27 péta-flops par seconde.

Un peu plus bas dans le classement, l'on retrouve le 'Juqeen', un système BlueGene/Q d'IBM installé dans le Forschungzentrum Jülich en Allemagne. Cet appareil occupe la huitième place, mais IBM et Jülich ont collaboré pour sa mémoire ultrarapide. Il s'agit de BGAS, l'acronyme de Blue Gene Active Storage, une mémoire flash capable de lire et d'écrire à très grande vitesse.

Ce qui est étonnant, c'est que le top 10 est resté plus ou moins le même. Il n'y a qu'à la dixième place que l'on trouve un nouveau système, en l'occurrence un Cray XC30 équipé de processeurs Intel Xeon E5. Cette machine est également utilisée par les pouvoirs publics américains.

Les Chinois augmentent sans cesse la puissance de leur Tianhe-2, mais sans trop prendre en compte l'effectivité et la quantité d'énergie requise. Le résultat final est une puissance de calcul de 33,86 péta-flops qui nécessite plus de 3 millions de puces Intel.

Nos partenaires