Le successeur de l'HoloLens supportera l'intelligence artificielle

24/07/17 à 14:05 - Mise à jour à 14:05

Microsoft prépare un processeur spécialisé dans les calculs rapides sur réseaux neuraux. Cette puce devrait faire en sorte que le successeur de l'actuel HoloLens puisse identifier les visages et la voix.

Le successeur de l'HoloLens supportera l'intelligence artificielle

Le coprocesseur AI sera intégré au HPU 2.0 © © Microsoft

L'HoloLens est un casque-lunettes AR (augmented reality) qui ajoute une couche supplémentaire par-dessus le monde réel. Ce qui serait intéressant, c'est que cette couche puisse fournir rapidement aussi des informations numériques sur ce qui est visible dans le monde réel. Dans ce but, il faut intégrer des modèles à la grande quantité de données que les capteurs des lunettes AR reçoivent. De plus, cela doit se faire suffisamment rapidement car l'utilisateur ne souhaite pas que la couche AR accuse du retard sur le monde réel. Tel est le grand défi à relever.

Microsoft prépare une solution au problème. Lors de la conférence CVPR organisée en Australie, Harry Shum, directeur AI de l'entreprise, a annoncé que Microsoft préparait un nouveau processeur axé sur les applications AR. Il sera intégré dans la deuxième version du HPU (Holographic Processing Unit). Il devrait succéder au processeur utilisé pour l'instant dans l'HoloLens.

Le coprocesseur permet les calculs rapides sur les réseaux neuraux, ce qui fera de la nouvelle variante de l'HoloLens des lunettes AR apprenant par elles-mêmes. Au lieu d'envoyer les calculs via le nuage - ce qui prend quelques microsecondes -, ils seront exécutés directement localement. Ce faisant, les prochaines lunettes AR de Microsoft pourront reconnaître instantanément les visages et d'autres modèles. On ne sait pas encore quand la nouvelle version de l'HoloLens sera lancée sur le marché.

Une révolution se prépare en AI

Microsoft n'est pas la seule entreprise à travailler sur un processeur spécifiquement développé pour effectuer des tâches AI. Apple prépare elle aussi un processeur capable d'accélérer les calculs sur les réseaux neuraux. L'Apple Neural Engine devrait permettre à l'iPhone de reconnaître de manière efficiente les visages et la voix.

L'année dernière déjà, Google avait annoncé son TPU (Tensor Processing Unit). Lors de la conférence I/O, l'entreprise a présenté le successeur de cette puce AI, qui est à présent aussi disponible pour les clients des services 'cloud' de Google. De même, Nvidia a mis au point une puce AI, qui sera opérationnelle d'ici trois ans dans les voitures autonomes. Tout comme pour les lunettes AR, il est en effet important pour les voitures autonomes d'identifier immédiatement des modèles.

Nos partenaires