Le SPF Finances conserve McAfee

09/03/12 à 13:20 - Mise à jour à 13:20

Source: Datanews

Le SPF Finances a choisi Belgacom pour son nouveau contrat en sécurité et s'en tient à McAfee comme produit antivirus. Le nouveau contrat comprend 2 volets, à savoir l'infrastructure de sécurité (les firewalls et les fonctionnalités associés) et les systèmes d'antivirus pour les serveurs et les postes de travail. Les deux volets représentent une valeur d'environ 5,6 millions EUR et de 800.000 EUR, tandis que le contrat s'étend sur 3 ans, avec possibilité de prolongation de maximum 2 fois un an. Le cahier des charges exigeait de tenir compte de l'utilisation actuelle du logiciel McAfee, mais pouvait prévoir un autre produit moyennant une migration éventuelle. Belgacom avait donc d'abord laissé le choix du système antivirus, mais a finalement décidé de s'en tenir à McAfee. Ce choix avait déjà été établi avant que le virus Sality.gen ne touche le SPF Finances.

Le SPF Finances conserve McAfee

Le SPF Finances a choisi Belgacom pour son nouveau contrat en sécurité et s'en tient à McAfee comme produit antivirus. Le nouveau contrat comprend 2 volets, à savoir l'infrastructure de sécurité (les firewalls et les fonctionnalités associés) et les systèmes d'antivirus pour les serveurs et les postes de travail. Les deux volets représentent une valeur d'environ 5,6 millions EUR et de 800.000 EUR, tandis que le contrat s'étend sur 3 ans, avec possibilité de prolongation de maximum 2 fois un an.

Le cahier des charges exigeait de tenir compte de l'utilisation actuelle du logiciel McAfee, mais pouvait prévoir un autre produit moyennant une migration éventuelle. Belgacom avait donc d'abord laissé le choix du système antivirus, mais a finalement décidé de s'en tenir à McAfee. Ce choix avait déjà été établi avant que le virus Sality.gen ne touche le SPF Finances.

Pour ce qui est de l'infrastructure de sécurité, le contrat prévoit le remplacement des équipements actuels (notamment des solutions Juniper, Cisco et infoblox), car la réutilisation des composants n'est pas autorisée (même pas les racks).

Aujourd'hui, 60.000 connexions simultanées par seconde sont autorisées, mais une hausse à 256.000 connexions/seconde est anticipée dans les 5 prochaines années. Les équipements doivent également supporter la virtualisation.

Nos partenaires