Le service fiscal néerlandais entend mettre sur écoute les GSM via des pseudo-pylônes

18/08/15 à 12:52 - Mise à jour à 12:51

Source: Datanews

Le département de recherche du service fiscal néerlandais pourra désormais, sans l'intervention d'un juge, installer des pseudo-pylônes pour mettre des téléphones sur écoute.

Le service fiscal néerlandais entend mettre sur écoute les GSM via des pseudo-pylônes

. © .

Cette possibilité existe depuis assez longtemps déjà, mais le ministre néerlandais des affaires économiques, Henk Kamp, vient de décider de l'assouplir. C'est ainsi que le département de renseignement et de recherche fiscal (FIOD) ne collaborera plus avec la police et ne sollicitera plus l'autorisation d'un juge, ce qui facilitera énormément l'installation de ce genre de pylônes.

Il s'agit de placer des antennes temporaires, appelées en jargon des IMSI-catchers, à proximité des lieux où l'on soupçonne la présence d'activités criminelles. Ce genre de pylône factice captera l'ensemble des signaux de tous les GSM proches (tant vocaux que les données) et les transfèrera directement vers un pylône bien réel celui-là. L'utilisateur n'en remarquera rien, mais le service fiscal, lui, en profitera.

L'une des raisons d'installer ces pylônes, c'est que les criminels appellent souvent avec des téléphones 'prepaid' anonymes. Mais en agissant ainsi, c'est l'ensemble du trafic qui est mis sur écoute, selon Pcmweb.nl, et donc pas uniquement celui des malfaiteurs spécifiques.

Selon les autorités, cela ne pose cependant pas de problème au niveau du respect de la vie privée. "Les conséquences attendues pour les citoyens, les entreprises et l'environnement sont nulles, étant donné que le changement ne générera qu'une extension limitée du cercle des utilisateurs habilités de l'équipement concerné", apprend-on. Autrement dit, il n'y aura pas de problème, selon les autorités néerlandaises, du fait que seul un nombre restreint de personnes auront accès à ce que les utilisateurs disent, écrivent ou envoient avec leur GSM.

En savoir plus sur:

Nos partenaires