Le service de renseignements britannique à la base du piratage Belgacom

20/09/13 à 11:57 - Mise à jour à 11:57

Source: Datanews

L'intrusion au sein de la filiale Bics de Belgacom n'est pas à mettre au compte de la NSA, mais à celui du service britannique GCHQ, selon le magazine allemand Der Spiegel sur base de documents d'Edward Snowden.

Le service de renseignements britannique à la base du piratage Belgacom

© James Bond © DR

L'intrusion au sein de la filiale Bics de Belgacom n'est pas à mettre au compte de la NSA, mais à celui du service britannique GCHQ, selon le magazine allemand Der Spiegel sur base de documents d'Edward Snowden.

Le magazine a pu consulter des dias dénommées 'Operation socialist', par lesquelles le service secret britannique devait apprendre à mieux connaître l'infrastructure de l'entreprise télécom belge. La date de la présentation n'est pas connue.

La technologie de recherche utilisée pour l'attaque a cependant bien été développée par la NSA américaine. En outre, les services secrets des Etats-Unis, de Grande-Bretagne, d'Australie, du Canada et de Nouvelle-Zélande collaborent étroitement. Cette alliance est du reste connue sous l'appellation Five Eyes.

La NSA était citée dès le début comme auteur possible de l'acte de cyber-espionnage chez Belgacom et ce, même si cela n'a encore jamais été confirmé officiellement. Selon le parquet, il est quasiment certain qu'il s'agit bien d'une attaque exécutée par un gouvernement.

En savoir plus sur:

Nos partenaires