'Le service de diffusion musicale Tidal a menti à propos du nombre de ses abonnés'

23/01/17 à 12:47 - Mise à jour à 12:46

Tidal n'aurait pas fait preuve d'honnêteté quant au nombre d'abonnés payants utilisant son service musical. Selon le journal norvégien Dagens Næringsliv, ce concurrent de Spotify, appartenant à l'icône du rap Jay Z, prétend posséder 3 millions de clients payants, alors qu'ils ne sont en réalité que 850.000.

'Le service de diffusion musicale Tidal a menti à propos du nombre de ses abonnés'

© Reuters

Selon le journal, ces chiffres semblent provenir d'un procès opposant Jay Z au propriétaire précédent de Tidal, l'entreprise suédoise Aspiro AB.

En septembre 2015, Jay Z indiquait sur Twitter que Tidal disposait d'un million d'abonnés, alors que ce mois-là, il n'y avait que 350.000 utilisateurs payants. Et lorsqu'en mars, il affirma qu'il y avait 3 millions d'abonnés, le service de diffusion musical ne disposait en fait que d'1,2 million de comptes activés et 850.000 abonnés payants.

Préalablement déjà, Tidal avait pointé un doigt accusateur en direction du propriétaire précédent. Avant le rachat, ce dernier prétendait que le service était utilisé par 540.000 abonnés, alors que selon Jay Z et consorts, on était loin du compte lors de la reprise.

Faiblesse financière

En matière financière, Tidal ne se porterait pas tellement bien non plus. Le service musical, qui tente de se distinguer de la concurrence en proposant de la musique de qualité CD, essuierait chaque jour qui passe une perte de quelque 65.000 euros. Pareille situation n'est du reste pas du tout unique dans le monde des services de diffusion, puisque le numéro un du marché Spotify se trouve aussi dans le rouge.

Pas de rachat

Récemment, une rumeur circulait, selon laquelle Apple lorgnait Tidal, mais le directeur musical d'Apple, Jimmy Iovine, apporta un démenti immédiat. Et d'ajouter ultérieurement ne pas s'attendre à ce que tous les services musicaux existants aujourd'hui survivent à l'avenir. Selon lui, seuls quelques-uns d'entre eux poursuivront leurs activités.

En savoir plus sur:

Nos partenaires