Le salaire des informaticiens en hausse de 6% en 2010

17/11/11 à 12:24 - Mise à jour à 12:24

Source: Datanews

En moyenne, le salaire de l'informaticien belge a progressé de 6% l'année dernière. Cette augmentation inclut l'indexation et les bonus éventuels. C'est ce qui ressort de Tell-IT, l'enquête annuelle sur les salaires de Hudson. Alors que 2009 et 2010 avaiet très clairement été des années de crise, le secteur des TIC est revenu à la normale en 2011. Ce qui a également pu se voir dans les salaires. Entre avril 2010 et avril 2011, le salaire de base moyen a augmenté de 4,3%. Cette hausse inclut l'indexation de 2,3% qui a été appliquée. A titre de comparaison, la moyenne du salaire de base en 2010 avait été supérieure de 0,5% à peine à celle de 2009 - une conséquence aussi de l'indexation négative qui avait eu lieu dans le comité paritaire 218 dont font partie la plupart des entreprises du secteur des TIC.

Le salaire des informaticiens en hausse de 6% en 2010

En moyenne, le salaire de l'informaticien belge a progressé de 6% l'année dernière. Cette augmentation inclut l'indexation et les bonus éventuels. C'est ce qui ressort de Tell-IT, l'enquête annuelle sur les salaires de Hudson.

Alors que 2009 et 2010 avaiet très clairement été des années de crise, le secteur des TIC est revenu à la normale en 2011. Ce qui a également pu se voir dans les salaires. Entre avril 2010 et avril 2011, le salaire de base moyen a augmenté de 4,3%. Cette hausse inclut l'indexation de 2,3% qui a été appliquée. A titre de comparaison, la moyenne du salaire de base en 2010 avait été supérieure de 0,5% à peine à celle de 2009 - une conséquence aussi de l'indexation négative qui avait eu lieu dans le comité paritaire 218 dont font partie la plupart des entreprises du secteur des TIC. A l'époque, cette indexation négative n'avait pas été compensée partout, à telle enseigne que 1 informaticien sur 4 avait même vu baisser son salaire - ce qui ne s'était encore jamais produit dans le secteur des TIC jusqu'alors.

"Il se peut que de nombreuses sociétés des TIC aient voulu dès lors compenser cette situation pour leurs collaborateurs", indique Brecht Decroos de Hudson. "En tout état de cause, les salaires de base ont enregistré une plus forte augmentation dans le secteur des TIC que dans les autres secteurs cette année", complète Elke Vera (Hudson). Dans le secteur financier, la hausse moyenne du salaire de base s'élève par exemple à 3,8%, indexation comprise. Pour être précis, on entend par salaire de base le salaire mensuel brut, complété par le pécule de vacances et le treizième mois.

Bonus Mais le salaire de base ne constitue qu'une partie de l'ensemble du paquet salarial. Comme on le sait, des systèmes de rémunération variable sont devenus monnaie courante entre-temps dans le secteur des TIC de notre pays. Dans ces systèmes, nous incluons tant les bonus effectifs qui sont versés en liquide - que ces bonus soient liés aux objectifs ou discrétionnaires - que le bonus de la CCT n° 90 ainsi que des commissions et/ou participations bénéficiaires éventuelles. L'année dernière, ces systèmes variables ont poursuivi leur progression dans les salaires des TIC. Au niveau du management, 83% des personnes bénéficient aujourd'hui d'une partie variable de leur salaire. Mais dans le staff professionnel et le staff d'assistance, le taux de pénétration du salaire variable a une nouvelle fois progressé de 3% pour atteindre respectivement 75 et 73%. Pat ailleurs, on observe aussi une hausse notable du salaire variable dans l'ensemble du marché. Mais avec des pourcentages comme 67% pour le management, 64% pour les professionnels et 39% pour les fonctions d'assistance, il est clair qu'il existe encore un grand fossé avec le marché des TIC, où les profils inférieurs entrent également en ligne de compte pour le salaire variable.

"Mais la part de la composante variable dans le paquet salarial total est également devenue plus importante", précise Elke Vera. Au niveau du management, les bonus s'élèvent dès à présent à 11% du paquet total. "Nous entendons toutefois qu'il y a un contrôle plus strict qu'auparavant quant au droit à des bonus, ajoute-t-elle: "Dans de nombreux cas, on examine désormais avec plus de rigueur si les objectifs ont été effectivement atteints."

En savoir plus sur:

Nos partenaires