Le risque d'accoutumance à l'internet guette surtout les personnes seules de vingt à quarante ans

24/04/10 à 17:02 - Mise à jour à 17:02

Source: Datanews

Les personnes âgées de vingt à quarante ans et vivant seules courent le plus de risques de devenir dépendantes d'internet. Elles recherchent par elles-mêmes rarement de l'aide. Ce sont en général des membres de leur famille qui tirent la sonnette d'alarme. Un à quatre pour cent des internautes souffrirait d'accoutumance.

Les personnes âgées de vingt à quarante ans et vivant seules courent le plus de risques de devenir dépendantes d'internet. Elles recherchent par elles-mêmes rarement de l'aide. Ce sont en général des membres de leur famille qui tirent la sonnette d'alarme. Un à quatre pour cent des internautes souffrirait d'accoutumance.

Voilà ce qu'on peut lire dans les journaux De Standaard et De Morgen. Ce ne seraient donc pas surtout les adolescents qui seraient vulnérables en la matière. "Les parents tiennent généralement l'utilisation d'internet de leurs enfants sous contrôle", déclare Huub Boonen du 'Centrum voor Alcoholen andere Drugproblemen' (CAD) au Limbourg.

Chez les personnes de vingt à quarante ans, ce contrôle n'existe pas. Elles habitent seules dans un studio par exemple et ne se voient pas imposer de limite. De ce fait, elles courent un risque plus élevé d'accoutumance à internet, poursuit le psychologue Boonen. Quelqu'un qui est asservi à internet passe quarante à cinquante heures par semaine en ligne. Il ne lui reste donc plus guère de temps pour les études, le travail ou une vie sociale dans le monde réel.

Un à quatre pour cent des internautes serait dépendant. Il est alors question d'utilisation obsessionnelle ou compulsive d'internet. "Les utilisateurs compulsifs ne se considèrent souvent pas comme souffrant de dépendance car l'internet leur offre aussi des avantages", ajoute Boonen. "Les sites de profils, les jeux en ligne et les jeux de hasard sont agréables et créent des contacts et de la considération. Il en résulte que la motivation pour lutter contre cette accoutumance est très différente d'un internaute à problème à l'autre."

Source: Belga

Nos partenaires