Le responsable des voitures autonomes chez Uber recule d'un pas à cause d'un procès

28/04/17 à 13:12 - Mise à jour à 13:11

Anthony Levandowski, en charge chez Uber du département qui s'occupe des voitures autonomes, effectue temporairement un pas en arrière au sein de l'entreprise. Ce recul intervient suite à un procès dans lequel il est accusé de vol de secrets industriels par Waymo, une entreprise soeur de Google.

Le responsable des voitures autonomes chez Uber recule d'un pas à cause d'un procès

Zelfrijdende auto Uber © REUTERS

Selon un courriel interne que 'Business Insider' a pu consulter, Levandowski ne sera pas licencié, mais son rôle dans l'entreprise va changer. Il ne collaborera plus à tout ce qui a trait à Lidar. Lidar est une technologie nécessaire pour faire fonctionner les voitures autonomes. Elle est aussi l'élément central du procès intenté par Waymo à l'encontre d'Uber. "Veuillez vous assurer de ne plus m'impliquer dans des réunions ou des mails consacrés à Lidar et ne me demandez plus de conseils à ce propos'', a fait savoir Levandowski dans un courriel adressé à ses collaborateurs.

Il est en fait accusé d'avoir dérobé des secrets industriels liés à cette technologie, alors qu'il travaillait encore au projet de voiture autonome chez Google. Six semaines avant son départ, il aurait téléchargé 14.000 documents confidentiels. Après avoir quitté Google, Levandowski créa sa propre start-up, Otto. Or cette entreprise a été rachetée l'année dernière par Uber pour 680 millions de dollars.

Le courriel ne mentionne pas la raison du recul de Levandowski au sein d'Uber. Cette décision a cependant été prise après une mise en garde lancée par le juge s'occupant du procès, qui aurait pu faire en sorte que Levandowski ne soit plus autorisé à travailler sur la voiture autonome d'Uber.

Le nouveau directeur de l''Advanced Technologies Group' chez Uber est Eric Meyhofer.

Nos partenaires