Le rachat de Yahoo par Microsoft est encore loin d'être acquis

04/02/08 à 12:00 - Mise à jour à 11:59

Source: Datanews

Les hommes politiques et les défenseurs de la vie privée craignent qu'un rachat de Yahoo par Microsoft entraîne un 'duopole' sur internet. Les autorités en matière de concurrence pourraient avoir leur mot à dire. Mais il semble y avoir aussi d'autres candidats intéressés...

Les hommes politiques et les défenseurs de la vie privée craignent qu'un rachat de Yahoo par Microsoft entraîne un 'duopole' sur internet. Les autorités en matière de concurrence pourraient avoir leur mot à dire. Mais il semble y avoir aussi d'autres candidats intéressés...

Les politiciens américains se font du mouron au niveau concurrentiel sur internet, au cas où Microsoft engloutirait Yahoo. Une commission du Congrès américain tiendra la semaine prochaine une séance d'audition à propos des conséquences d'une reprise possible de Yahoo par Microsoft. Les parlementaires interrogeront à ce propos plusieurs experts du secteur internet.

Eric Schmidt, le patron de Google, a même déjà proposé son aide à Yahoo, et il y aurait déjà eu des négociations entre les deux entreprises. Les analystes spéculent aussi sur le fait que le rachat par Microsoft, qui a proposé, vendredi, un peu moins de 45 milliards de dollars pour Yahoo, pourrait être interdit par les contrôleurs américains et européens dans le domaine de la concurrence.

Le ministère américain de la Justice a déclaré ce week-end qu'il examinait de près les préoccupations concurrentielles suscitées par la reprise. Le contrôleur télécom FTC et la Commission se sont encore abstenus de tout commentaire officiel. En décembre, le FTC avait cependant approuvé le rachat de l'entreprise publicitaire en ligne DoubleClick par Google.

Les défenseurs de la vie privée craignent également que la reprise de Yahoo par Microsoft engendre un duopole sur internet. Selon The Electronic Privacy Information Center (EPIC) et The Center Digital Democracy (CDD), un tel rachat pourrait avoir des conséquences néfastes sur la vie privée des internautes. Ceux-ci auraient moins le choix à propos de ce que leurs données deviennent, craignent les organisations. EPIC et CCD introduisent donc une réclamation contre le rachat auprès du FTC.

Samedi, une rumeur circulait, selon laquelle News Corp du magnat des médias Rupert Murdoch se préparerait également à lancer une offre de reprise sur Yahoo. Le site Techcrunch indiquait que News Corp avait à cette fin pris contact avec différents grands fonds d'investissement, qui envisageraient séparément aussi de faire une offre.

News Corp a essayé de créer un consortium avec ces fonds, écrit Techcrunch, mais provisoirement, cela ne semble pas encore avoir eu de résultats. News Corp est entre autres propriétaire de Myspace, l'un des sites les plus visités au monde. Comcast, Viacom et General Electric pourraient eux aussi lancer une offre sur le portail internet.

Yahoo elle-même communique dans une réaction qu'elle n'exclut pas la poursuite d'une existence indépendante. L'entreprise examine toutes les options. Le 'processus d'évaluation' peut prendre quelque temps, a affirmé la direction de Yahoo, ce week-end.

En collaboration avec Computable

Nos partenaires