Le projet KMO-IT vidé de sa substance

29/05/12 à 12:55 - Mise à jour à 12:55

Source: Datanews

Le projet KMO-IT du gouvernement flamand, destiné à supporter l'ICT chez les PME, deviendra à l'avenir purement un 'label'. La fonction de support - équipe incluse - va disparaître.

Le projet KMO-IT vidé de sa substance

Le projet KMO-IT du gouvernement flamand, destiné à supporter l'ICT chez les PME, deviendra à l'avenir purement un 'label'. La fonction de support - équipe incluse - va disparaître.

Leen Verschraegen, depuis fin 2010 coordinatrice du projet KMO-IT, confirme l'annonce de nos collègues d'IT Professional. "KMO-IT continuera d'exister sous le giron de la Vlaamse Agentschap Ondernemen en tant que label pour les projets IT et technologiques chez les PME subsidiées par le gouvernement flamand. Mais la fonction de stimulation et le support des PME mêmes qui caractérisaient KMO-IT depuis des années, disparaissent, suite à la récente grande phase d'économies." Les séminaires à succès sont eux aussi supprimés. "Même si l'un ou l'autre sera peut-être organisé ci et là."

L'équipe de support du projet KMO-IT est dissoute: 2 délégués de Sirris s'en retournent dans leur organisation d'origine et un autre reprend le chemin d'Unizo. Les 2 indépendants (dont Verschraegen en personne) se retrouvent sur le carreau. "Je n'aime pas les histoires d'échec", déclare-t-elle à ce propos. "Mais il faut être réaliste: nous payons les pots cassés des économies. Je regrette pour les entrepreneurs qui doivent renoncer aux services de KMO-IT. Nous avons travaillé dur pour faire de KMO-IT un projet crédible, mais cela n'a pas payé."

Hasard ou pas, l'Agentschap Ondernemen lance aujourd'hui même un deuxième appel à projet pour ce qu'on appelle la coupole 'Nieuw Industrieel Beleid', de laquelle dépendra le label KMO-IT. 7 millions d'euros sont disponibles pour subsidier des projets de 'technologies-clés'. "Nombre de projets qui profitent aujourd'hui de KMO-IT, seront sans aucun doute poursuivis sous cette coupole", souligne Verschraegen.

En savoir plus sur:

Nos partenaires