Le prix de l'internet mobile ne diminue pas assez vite

20/03/13 à 11:43 - Mise à jour à 11:43

Source: Datanews

Ce dernier semestre, le prix du trafic de données mobiles sur le marché professionnel a diminué de cinq pour cent. "Un piètre résultat sur ce marché en évolution rapide", estime Danielle Jacobs, directrice de Beltug.

Le prix de l'internet mobile ne diminue pas assez vite

Ce dernier semestre, le prix du trafic de données mobiles sur le marché professionnel a diminué de cinq pour cent. Et l'on attend un recul semblable au cours des six prochains mois. "Un piètre résultat sur ce marché en évolution rapide", estime Danielle Jacobs, directrice de Beltug. Les organisations équipent toujours plus souvent leurs employés de l'internet mobile. Il en résulte que l'association télécoms Beltug est toujours plus souvent interrogée par les entreprises et les instances publiques sur ce sujet. Elles se demandent si les prix qu'elles paient pour l'internet mobile, suivent bien l'évolution du marché.

Pour pouvoir leur répondre, Beltug a créé un index (voir photo) auquel ont participé 142 entreprises et institutions publiques au cours de la première moitié du mois de mars. Il s'agit en l'occurrence d'organisations moyennes et grandes. L'index avait été mis à 100 en septembre 2012.

"Derrière ces chiffres, l'on trouve différents récits", explique Danielle Jacobs, la directrice générale de Beltug. "Pour une petite moitié de répondants (46 pour cent), il y a eu une diminution des prix ces six derniers mois. Ce qui est étonnant, c'est que le niveau de prix n'a pas changé pour pas moins de 43 pour cent des organisations."

Pour les six prochains mois, une amélioration serait en vue, mais pas vraiment spectaculaire. 35 pour cent des répondants s'attendent à ce que le niveau des prix reste pareil. Plus de la moitié (55 pour cent) voient les tarifs mobiles diminuer, dont 10 pour cent tablent sur une réduction supérieure à 20 pour cent.

"Un recul de 5 pour cent au cours du dernier semestre et un autre du même ordre attendu pour les six prochains mois semblent une bonne chose, mais tel n'est pas le cas sur ce marché en évolution rapide", ajoute encore Jacobs. "Les entreprises sont frustrées par les promotions successives sur le marché à la consommation."

Volumes Quasiment 90 pour cent des répondants tablent sur une hausse des volumes de données. C'est ainsi que l'on attend une augmentation moyenne de pas moins de 27 pour cent au cours du prochain semestre.

En savoir plus sur:

Nos partenaires