Le président de Belgacom travaille pour 'l'entreprise d'espionnage' chinoise Huawei

18/09/13 à 13:46 - Mise à jour à 13:46

Source: Datanews

Michel Moll, le président de Belgacom, est 'conseiller stratégique' du fournisseur télécom chinois Huawei. Ce dernier est soupçonné d'avoir extorqué illicitement des données d'utilisateurs pour le gouvernement chinois.

Le président de Belgacom travaille pour 'l'entreprise d'espionnage' chinoise Huawei

© Reuters

Voilà ce qu'on peut lire dans le journal De Morgen. Tant le Parlement américain, la CIA que la Sécurité d'Etat belge suspectent Huawei, qui fournit aussi à Belgacom, de pratique d'espionnage.

Pas sans controverse Ces derniers jours, Belgacom a joué un rôle en vue dans une affaire d'espionnage. Des pirates ont installé du software d'espionnage sur les systèmes informatiques de l'opérateur télécom. A présent, De Morgen annonce que Michel Moll - qui sera bientôt remplacé par Stefaan De Clerck (CD&V) - travaille aussi pour Huawei.

Huawei, fondée en1987 par un ex-militaire chinois, est l'un des principaux producteurs de smartphones et le deuxième plus grand fournisseur d'équipement réseautique au monde après l'entreprise suédoise Ericsson. Belgacom est aussi un bon client d'équipement Huawei pour son réseau mobile.

Selon De Morgen, l'entreprise chinoise fait cependant l'objet de controverses. L'an dernier, la Sécurité d'Etat a eu maille à partir avec des actes d'espionnage possibles perpétrés par Huawei. En outre, il est ressorti d'une enquête commanditée par la chambre des députés américaine que l'entreprise presterait des missions d'espionnage pour le compte des autorités chinoises.

Michael Hayden, l'ex-directeur des services de renseignements CIA et NSA, a en juillet encore tiré la sonnette d'alarme à propos des pratiques d'Huawei. Cette dernière dément les accusations.

'Pas de conflit d'intérêts' Michel Moll insiste sur le fait qu'il n'a jamais travaillé comme représentant commercial d'Huawei: "Je n'ai fait que leur prodiguer des conseils stratégiques, mais certainement pas à propos de la Belgique ou de l'Europe."

A propos des rétributions obtenues de la part d'Huawei pour ses prestations, Moll ne veut rien révéler: "Mon travail n'a en tout cas rien à voir avec l'espionnage. Belgacom et Huawei ne sont pas des concurrents, et il n'y a aucun conflit d'intérêts."

Moll, étiqueté MR, est administrateur chez Belgacom depuis 1994. L'année dernière, il y fut nommé président ad intérim. Depuis 2010, il travaille donc aussi pour Huawei. (Belga/TV)

En savoir plus sur:

Nos partenaires