Le pirate de Google s'en prend à présent à Morgan Stanley

02/03/11 à 12:04 - Mise à jour à 12:04

Source: Datanews

La banque américaine d'investissements Morgan Stanley a été la victime d'attaques visant son système informatique.

Le pirate de Google s'en prend à présent à Morgan Stanley

La banque américaine d'investissements Morgan Stanley a été la victime d'attaques visant son système informatique. Il s'agirait du même pirate chinois qui avait attaqué le géant internet américain Google, il y a plus d'un an.

Voilà ce qu'on peut lire dans plusieurs médias américains. Morgan Stanley conseille au niveau mondial ses clients à propos de rachats ou de fusions et est également l'un des principaux gestionnaires de la fortune de particuliers aisés. D'après les rumeurs, il s'agirait là d'un coup dur pour cette banque d'affaires. Ses disques durs contiennent en effet de nombreuses données sensibles. La banque se refuse pour l'instant à tout commentaire à ce propos.

L'agence de presse financière Bloomberg cite cependant des mails internes de l'entreprise de sécurité ICT HBGary qui travaille pour Morgan Stanley. C'est ainsi qu'un technicien écrit à son patron qu'"elle est durement touchée par les attaques. L'on m'y a donné accès à un rapport très sensible en la matière". L'on ne sait pas quelles informations ont été volées.

Bloomberg cite en outre aussi Steven Chabinsky, directeur de la cyber-division du FBI. Ce dernier aurait déclaré que le pirate dispose à présent de nombreux renseignements sur des rachats et des fusions. Dès que l'économie reprendra du poil de la bête, ce genre de transactions devrait de nouveau repartir de plus belle. Et toute information vaut son pesant d'or dans des négociations.

Les attaques qui ont démarré en 2009 contre plusieurs grandes sociétés américaines ont été révélées en janvier 2010, lorsque Google en a parlé publiquement. Aux Etats-Unis, l'on suspecte que c'est le gouvernement chinois qui est l'instigateur de ces attaques sur des entreprises occidentales. D'après des informations précédentes, celui qui les aurait perpétrées serait un consultant chinois de 30 ans.

Source: Belga

Nos partenaires