Le piratage logiciel régresse en Belgique, mais augmente dans le monde

15/05/08 à 11:00 - Mise à jour à 10:59

Source: Datanews

L'utilisation de logiciels illégaux sur les ordinateurs a diminué de 2 pour cent en Belgique entre 2006 et 2007 pour s'établir à 25 pour cent. Il en va cependant autrement au niveau mondial, où la croissance rapide du PC sur les marchés émergents va de pair avec un piratage en hausse.

L'utilisation de logiciels illégaux sur les ordinateurs a diminué de 2 pour cent en Belgique entre 2006 et 2007 pour s'établir à 25 pour cent. Il en va cependant autrement au niveau mondial, où la croissance rapide du PC sur les marchés émergents va de pair avec un piratage en hausse.

Ces chiffres émanent d'une étude mondiale annuelle sur le piratage logiciel qui a été publiée hier mercredi par la Business Software Alliance (BSA), une association internationale qui représente l'industrie mondiale des logiciels. Cette étude a été réalisée dans 108 pays par le cabinet d'analystes IDC.

"Ce rapport indique qu'en Belgique, l'on enregistre encore et toujours du progrès dans la lutte contre le piratage logiciel", explique Jacco Brand, président de la BSA Benelux. Mais il reste du pain sur la planche. Car les dégâts causés par le piratage logiciel ne se limitent pas à la réduction des revenus dans le secteur (c'est ainsi qu'en 2007, le secteur en Belgique a essuyé une perte de quasiment 144 millions d'euros en raison de l'utilisation illégale de logiciels). La diminution du piratage pourrait non seulement créer des centaines de milliers de nouveaux emplois de par le monde, mais entraîner aussi la croissance économique et accroître sensiblement les rentrées fiscales, selon la BSA. En Belgique, une réduction de 10 pour cent du piratage logiciel pourrait permettre la création de 1.500 nouveaux emplois supplémentaires, générer 219 millions d'euros de rentrées fiscales et assurer une croissance économique de 645 millions d'euros.

En comparaison avec les autres pays d'Europe occidentale, notre pays ne se défend pas mal, loin de là, puisque nous sommes, en compagnie du Luxembourg, de l'Autriche, du Danemark, de la Finlande, de la Suède et de la Suisse en queue du classement des pays où le piratage est le plus présent. Tout en haut de ce classement, on retrouve des pays comme la Grèce, Chypre, l'Italie, le Portugal, l'Espagne et la France.

Selon la BSA, plusieurs types d'action pourraient enrayer le piratage. C'est ainsi que les entreprises devraient être plus conscientes des risques de l'utilisation de logiciels sans licence, alors qu'une adaptation de la législation nationale en matière de droits d'auteur mènerait la vie dure aux pirates.

Source: Belga

Nos partenaires