Le PC toujours plus 'jaune'

26/06/07 à 00:00 - Mise à jour à 25/06/07 à 23:59

Source: Datanews

Si, voici 5 ans encore, les 4 premiers fabricants mondiaux de PC étaient américains et cumulaient 40% de parts de marché, ils ne sont désormais plus que 3 dans le top 5 et ne représentent plus "que" 31%. La concurrence asiatique se renforce.

S'il faut en croire le cabinet IDC, les ventes d'ordinateurs devraient progresser de 12,2% cette année, tandis que les ventes de PC portables devraient elles augmenter de pas moins de 28%. Mais l'analyste prévoit déjà un ralentissement pour 2008, avec une hausse limitée à 10,8%, alors qu'il prévoyait initialement une progression de 11,3%. Bref, les ventes de PC devraient atteindre 284,4 millions d'unités en 2008, et 356,7 millions à l'horizon 2011. Au 1er trimestre 2007, les ventes de PC dans le monde ont connu une croissance de 8,9%, tandis que l'Europe progressait elle 11,5% à 13,3 millions de PC.De son côté, le consultant Gartner estime que ces 5 dernières années, le classement mondial des constructeurs de PC a connu un bouleversement sensible. Alors que les 4 plus grands fabricants américains (Dell, Compaq, HP et IBM) totalisaient alors 40% de parts de marché et que le 5e au classement, Nec en l'occurrence, devait se contenter de 4%, la donne a aujourd'hui totalement changé. En effet, si l'on retrouve encore les américains HP et Dell aux 2 premières places, ceux-ci ne pèsent plus "que" 31% du marché mondial. En revanche, 3 asiatiques se pressent au portillon: Acer, Lenovo et Toshiba qui cumulent déjà 17% de parts de marché. Avec, selon que l'on examine les chiffres IDC ou Gartner, le chinois Lenovo et le taïwanais Acer à 6 ou 7%, et le japonais Toshiba à 4%.Et les ambitions asiatiques sont grandes puisque Toshiba a annoncé son intention d'atteindre 20% de parts de marché en 2010, tandis qu'Acer devrait voir ses ventes croître de 30 à 40% rien qu'en 2007 et prévoit l'acquisition à court terme d'un concurrent pour doper ses ventes. Cela dit, le constructeur taïwanais avait d'abord tablé sur une croissance supérieure à 40%, mais a freiné ses ardeurs, estimant que Vista doperait le marché moins que prévu.

Nos partenaires