Le parquet fédéral lance une enquête sur Google Street View

21/04/11 à 12:00 - Mise à jour à 12:00

Source: Datanews

Le parquet fédéral lance une enquête sur Google Street View La commission en charge du respect de la vie privée a transmis au parquet fédéral ses observations à propos des intrusions de Google Street View.

Le parquet fédéral lance une enquête sur Google Street View

Le parquet fédéral lance une enquête sur Google Street View

La commission en charge du respect de la vie privée a transmis au parquet fédéral ses observations à propos des intrusions de Google Street View.

Voilà ce qu'on peut lire dans le journal De Morgen. Il y a un an, l'on apprenait - au départ en Allemagne - que les véhicules de Google Street View prenaient non seulement des photos des rues, mais interceptaient aussi des informations via les réseaux WiFi non sécurisés qu'ils croisaient. Google a toujours soutenu qu'il s'agissait là uniquement d'informations publiquement disponibles (informations SSID et adresses MAC), mais une enquête menée en Allemagne a démontré que les véhicules interceptaient également des données d'ordre privé ('payload data'). Il s'agirait notamment de fragments de courriels, de photos et de sites web visités par les internautes. Google a ensuite bien dû admettre qu'il s'agissait d'une erreur déontologique.

Depuis quelque temps, la commission belge en charge du respect de la vie privée examinait le type de données que Google interceptait dans notre pays. "Nous constatons que Google a commis une violation flagrante de la loi sur le respect de la vie privée, ce qui nous a incités à transmettre nos observations au parquet fédéral", déclare-t-on à présent du côté de la commission. Le parquet y a manifestement trouvé des raisons suffisantes pour lancer une enquête à propos d'une atteinte au respect de la vie privée.

Aux Pays-Bas, une astreinte d'1 million d'euros plane au-dessus de la tête de Google, et ce pour les mêmes faits. En France, une amende de cent mille euros lui a été infligée. Et en Grande-Bretagne, la collecte des données a été qualifiée par la loi de 'violation significative', mais aucune amende n'a suivi. Des accords y ont été pris, pour que cela ne se reproduise plus.

En savoir plus sur:

Nos partenaires