Le Parlement européen rue dans les brancards à propos de la suppression des tarifs de roaming

05/03/15 à 15:22 - Mise à jour à 15:22

Source: Belga

Le Parlement européen n'envisage pas de s'avouer vaincu dans le débat portant sur la suppression des tarifs d'itinérance (roaming). Les 28 pays membres de l'UE ont décidé ce mercredi que les coûts de roaming devront certes diminuer, mais qu'ils pourront encore être facturés à coup sûr encore jusqu'en 2018, alors que le Parlement veut que les tarifs soient abolis, de préférence d'ici la fin de cette année déjà.

Le Parlement européen rue dans les brancards à propos de la suppression des tarifs de roaming

© Belga

Lors d'une réunion technique des ambassadeurs de l'UE, les pays membres ont pris une décision sur ce qui avait été annoncé mardi soir déjà. S'il ne tient qu'à eux, les appels, textos ou la navigation sur le net au moyen d'un appareil mobile seront partiellement exempts de coûts supplémentaires. Le roaming deviendra donc plus abordable qu'aujourd'hui. Il est demandé à la Commission européenne d'examiner d'ici mi-2018 comment rendre le roaming entièrement gratuit.

Comme on le sait, le Parlement européen entend supprimer d'ici la fin 2015 les coûts que les opérateurs se facturent pour le roaming. Le fait que le Conseil (les pays membres) reporte cette date-butoir de trois ans, a provoqué mardi soir déjà d'intenses réactions au sein du Parlement. L'Espagnole Pilar del Castillo (EVP), en charge du traitement parlementaire du 'pack télécom', a invité les pays membres à démarrer le plus rapidement possible des négociations. Ce ne sera en effet que quand le Parlement et le Conseil auront atteint un accord qu'un changement des tarifs de roaming pourra être appliqué.

Pour Del Castillo, les coûts de roaming doivent être supprimés. Kathleen Van Brempt (sp.a) et Guy Verhofstadt (Open Vld) ruent aussi dans les brancards. "Le Parlement négociera fermement", déclare Van Brempt. Selon Verhofstadt, sa fraction libérale n'acceptera jamais le point de vue du Conseil: "Dire que ce texte affiche un manque d'ambition, est un euphémisme."

Le fait que le ministre belge en charge de l'agenda numérique Alexander De Croo ait déclaré mercredi que la Belgique souhaite encore et toujours que les tarifs de roaming disparaissent dans les plus brefs délais, c'est pour Van Brempt "du réchauffé". "De Croo aurait dû trouver plus tôt des alliés dans d'autres pays membres pour défendre ce point de vue au sein du Conseil", a-t-elle réagi. Le Parlement est aussi préoccupé par l'avis pris par le Conseil à propos de la neutralité d'internet. Les parlementaires ne veulent pas que les fournisseurs accordent la priorité à du contenu spécifique au détriment du reste, mais l'avis du Conseil en la matière est, selon eux, beaucoup trop vague. "Il conviendra donc aussi de négocier fermement à propos de la neutralité du net", ajoute encore Van Brempt. (Belga/PVL)

Nos partenaires