Le parlement bruxellois demande des solutions pour les retards Mobib

09/10/08 à 09:00 - Mise à jour à 08:59

Source: Datanews

S'il n'y pas d'amélioration l'an prochain, des têtes tomberont à la STIB. Voilà ce qu'a déclaré le ministre bruxellois de la mobilité, Pascal Smet, à la commission Infrastructure du parlement bruxellois.

S'il n'y pas d'amélioration l'an prochain, des têtes tomberont à la STIB. Voilà ce qu'a déclaré le ministre bruxellois de la mobilité, Pascal Smet, à la commission Infrastructure du parlement bruxellois.

Smet a été interpelé au sein de la commission par les parlementaires Rachid Madrane (PS), Caroline Persoons (MR), Hervé Doyen (cdH) et Céline Delforge (Ecolo). Selon eux, des parents et des étudiants ont, en septembre, dû parfois attendre des heures aux guichets de la STIB pour obtenir un abonnement scolaire.

Smet a confirmé que les files d'attente étaient plus longues qu'habituellement et que la cause en était l'introduction de la nouvelle carte à puce Mobib. Ces files plus longues seraient également dues au fait que le gouvernement flamand offrait un abonnement meilleur marché aux 8.000 premiers étudiants suivant les cours dans un certain nombre d'instituts d'enseignement flamands dans la capitale.

Le parlementaire Madrane a déclaré que le ministre Smet ne pouvait être tenu pour responsable d'un problème interne à la STIB. Il a cependant demandé qu'on recherche des solutions, comme la possibilité d'obtenir des abonnements à partir du mois de mai ou l'installation de distributeurs automatiques dans les maisons communales.

Smet n'a pas rejeté ces propositions et a déclaré que l'on pouvait s'attendre à des améliorations l'an prochain, parce que la carte a été entre-temps introduite dans différentes catégories de clients.

Source: Belga

Nos partenaires