Le ministre Van Quickenborne veut une réduction 'significative' des tarifs du haut débit

29/04/08 à 12:00 - Mise à jour à 11:59

Source: Datanews

Le ministre Vincent Van Quickenborne souhaite que les prix du haut débit baissent de manière 'significative' dans notre pays. Le fait que le gouvernement veuille s'occuper de réduire sa participation dans Belgacom, ne fera, selon lui, "que faciliter les choses".

Le ministre Vincent Van Quickenborne souhaite que les prix du haut débit baissent de manière 'significative' dans notre pays. Le fait que le gouvernement veuille s'occuper de réduire sa participation dans Belgacom, ne fera, selon lui, "que faciliter les choses".

"Ma stratégie aura échoué si je ne parviens pas à provoquer une réduction 'significative' des tarifs du haut débit." Voilà ce qu'a déclaré le ministre pour l'entreprise et la simplification, Vincent Van Quickenborne, dans sa première rencontre avec la presse. Il n'a pas voulu dire de combien devraient diminuer les tarifs qui sont aujourd'hui de plus de 40 euros par mois: "Il ne m'appartient pas de fixer les tarifs."

Van Quickenborne entend que le régulateur, l'Institut Belge des services Postaux et des Télécommunications (IBPT), réalise une étude qui détermine le coût réel de l'ouverture par Belgacom de son réseau aux autres opérateurs. Il veut en terminer avec les procédures 'kafkaïennes'.

Il n'a pas voulu s'exprimer explicitement sur le duopole de Belgacom et Telenet, mais s'est référé à la récente étude d'Arthur D. Little qui portait sur un 'monopole de fait de Belgacom et du câble'. "Si le groupe d'études ADL l'écrit, cela me paraît être probablement vrai." Ce qui est étonnant aussi, c'est qu'il n'exclut pas le démantèlement du réseau du câblo-opérateur Telenet. Van Quickenborne demandera également à l'IBPT de dresser un aperçu régional des diverses parts de marché. Et il désire que le régulateur puisse imposer des amendes si les avertissements ne sont pas suivis d'effet.

Le ministre veut enfin organiser à court terme une table ronde avec les différents opérateurs. Il estime d'ailleurs qu'il faut en arriver très vite à une détente sur ce marché crispé, où chaque décision est suivie d'une procédure judiciaire.

Nos partenaires