Le gouvernement flamand étudie la technologie de la taxation au kilomètre

22/10/10 à 11:46 - Mise à jour à 11:46

Source: Datanews

Les possibilités techniques du péage électronique sont quasiment infinies, mais c'est au gouvernement de décider comment il entend appliquer la taxation au kilomètre.

Le gouvernement flamand étudie la technologie de la taxation au kilomètre

© Belga Picture

Les possibilités techniques du péage électronique sont quasiment infinies, mais c'est au gouvernement de décider comment il entend appliquer la taxation au kilomètre. Voilà ce qui ressort d'une note informative sur le péage que l'Instituut Samenleving en Technologie (IST) flamand a rédigée à la demande de la commission Mobiliteit du parlement flamand.

Il est certain que les camions et/ou les voitures devront tôt ou tard payer pour utiliser le réseau routier flamand. La ministre flamande de la mobilité, Hilde Crevits, prépare une taxation intelligente au kilomètre pour les camions à partir de 2013. Fin de la semaine dernière, le conseil ministériel européen du trafic décidait encore qu'à l'avenir, les camions devront aussi contribuer financièrement aux coûts engendrés par les nuisances environnementales et sonores, ainsi que par les embouteillages.

Comment et avec quel système le gouvernement flamand envisage-t-il de lever une taxe intelligente sur les routes au nord du pays? Aucune décision n'est encore prise. La commission Mobiliteit du parlement flamand a donc demandé à l'IST de lui dresser un aperçu des possibilités technologiques. Ces possibilités sont explicitées dans la note rédigée par l'IST.

Selon l'IST, la technologie n'impose plus aucune limite. C'est ainsi qu'on peut travailler avec des caméras qui enregistrent les numéros de plaque, ou avec des télé-vignettes qui envoient des informations vers des portails le long du réseau routier. Une autre piste consiste à équiper les véhicules d'un logiciel qui stocke et diffuse des informations au moyen de la technologie GPS ou GSM.

Pour les experts, la meilleure solution réside dans la combinaison d'un appareil embarqué et de la communication sans fil. Cela autoriserait de nombreux services de mobilité supplémentaires comme la navigation dynamique, des infos sur les facilités et places de parking, l'intervention en cas de vol, etc. Le péage incluant des "extras sympas" pour les conducteurs pourrait mieux faire passer le désagrément de la taxation, fait observer l'IST.

Dans ses conclusions, l'IST conseille au gouvernement flamand d'effectuer un choix axé sur l'avenir avec des possibilités d'extension et dans l'optique de systèmes de mobilité sophistiqués allant au-delà du seul péage. Ce qui est étonnant, c'est que l'IST invite le gouvernement à ne pas faire dépendre sa décision finale d'un referendum. "L'acceptation croîtra avec l'usage", y dit-on.

Source: Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires