Le gouvernement britannique fait détruire des disques durs de The Guardian

20/08/13 à 11:15 - Mise à jour à 11:15

Source: Datanews

Sous le contrôle du service de renseignements britannique, le journal britannique The Guardian a été contraint de détruire des disques durs au contenu sensible d'Edward Snowden. Une opération radicale, mais inutile...

Le gouvernement britannique fait détruire des disques durs de The Guardian

Sous le contrôle du service de renseignements britannique, le journal britannique The Guardian a été contraint de détruire des disques durs au contenu sensible d'Edward Snowden. Une opération radicale, mais inutile...

Le rédacteur en chef Alan Rusbridger l'a révélé dans une chronique qui porte aussi sur la garde à vue de David Miranda, le mari du journaliste Glenn Greenwald. Il y écrit que le journal fait régulièrement l'objet d'intimidation depuis la publication d'articles consacrés aux pratiques d'espionnage de la NSA.

Il y a quelque temps, cela a conduit à "l'un des moments les plus bizarres dans l'histoire du journal", écrit-il encore. Sous le contrôle de deux collaborateurs du GCHQ, le service de renseignements britannique, The Guardian a dû détruire dans ses caves un MacBook Pro et plus spécifiquement ses disques durs. "Pour être certain qu'aucune trace de métal ne subsiste, qui pourrait s'avérer intéressante pour des espions chinois", ajoute ironiquement Rusbridger.

(in-) efficient

La destruction physique d'un disque dur en le brisant est de loin la meilleure façon de rendre des données illisibles. L'on peut se demander pourtant s'il est bien utile de supprimer ce genre de données à une époque où l'on peut stocker directement des documents dans le nuage, qui sont très probablement disséminés sur plusieurs appareils de par le monde.

Rusbridger fait observer en outre que la plupart des reportages relatifs à Snowden et à la NSA ont été faits en dehors du Royaume-Uni et que la confiscation de l'ordinateur portable, du GSM, de l'appareil photo et des disques durs de Miranda n'aura aucun impact sur ceux-ci.

Nos partenaires