Le FBI pourra désormais pirater des ordinateurs, en Belgique aussi peut-être

01/12/16 à 11:46 - Mise à jour à 11:45

Source: Datanews

Le FBI a obtenu l'autorisation du sénat américain de pirater lui-même les ordinateurs de personnes suspectes, et cela ne se limitera probablement pas aux frontières des Etats-Unis.

Le FBI pourra désormais pirater des ordinateurs, en Belgique aussi peut-être

© Reuters

La mesure sera appliquée immédiatement et stipule que les juges peuvent rédiger un mandat de perquisition permettant au FBI de pirater des ordinateurs à distance et ce, sur tout le territoire. Selon l'agence de presse Reuters, il se peut que cette mesure autorise même le piratage d'appareils à l'étranger.

L'argument sur lequel repose la loi, c'est que le FBI puisse ainsi pister des suspects utilisant des moyens technologiques, afin de connaître leur emplacement réel. Mais l'exploration d'ordinateurs piratés ou infectés (par exemple un botnet) pourra aussi être facilitée. Les défenseurs de la loi prétendent que ses inconvénients ne pèsent pas lourd face à ses avantages.

Cela en supposant évidemment que le FBI ne pirate que des suspects qui s'avèrent par la suite coupables de faits graves. Il peut être question aussi d'autorités lançant des attaques de piratage pour dissimuler par exemple des failles sécuritaires susceptibles d'affecter tous les utilisateurs, disons, d'un navigateur ou d'un modèle de téléphone.

En outre, il y a le fait que les Etats-Unis seront dirigés ces prochaines années par le président fraîchement élu Donald Trump. Même si le futur dirigeant change d'avis toutes les deux heures, il a dans le passé déjà indiqué qu'il n'excluait pas le piratage d'opposants politiques.

Il nous faut cependant apporter ici également la nuance, selon laquelle il n'y aura guère de changement pour les non-Américains. C'est ainsi que les utilisateurs étrangers sont depuis quelque temps très régulièrement piratés par la NSA. Cette organisation a par exemple dissimulé des failles dans des appareils de Cisco et Fortinet. Il en va de même pour un piratage précédent exécuté chez le fabricant de cartes SIM français Gemalto fournissant aussi à trois opérateurs réseautiques belges. L'on a appris récemment encore que la VUB et la RTBF ont été piratées ces dernières années par la NSA. En conclusion et pour le dire plus simplement, le risque existe que vous soyez piraté par un organisme public américain. La seule différence, c'est que cela pourra être désormais soit la NSA, soit le FBI.

Nos partenaires