Le directeur du FCC n'est pas fan de la neutralité du net (mais n'hésite pas à se contredire)

01/03/17 à 15:20 - Mise à jour à 15:20

Source: Datanews

Ajit Pai, le président du régulateur télécom américain FCC, a expliqué au MWC qu'il trouvait inutile une enquête portant sur l'atteinte à la neutralité du net. Il fit cependant ces déclarations quelques minutes à peine après avoir loué un internet ouvert.

Le directeur du FCC n'est pas fan de la neutralité du net (mais n'hésite pas à se contredire)

© MWC

Cela ne fait que quelque cinq semaines que Pai occupe le poste de président, en fait depuis la mise en place du gouvernement d'extrême droite de Trump. Il siège cependant depuis quelques années déjà en tant que membre du FCC. Son témoignage se fit d'abord positif: "L'internet a tout changé. C'est la démocratisation de l'entreprenariat. On peut aujourd'hui récolter du capital en ligne et attirer des clients du monde entier. Jamais auparavant, nous n'avions eu une telle possibilité."

Et d'ajouter que dans son pays, les démocrates et les républicains avaient convenu sous la présidence de Bill Clinton que les pouvoirs publics ne devaient pas préciser où il fallait investir. Place à la liberté d'innover et au jeu du marché. Peu après, Pai changea toutefois son fusil d'épaule. Il déclara notamment que le FCC avait supprimé ses contrôles 'zero rating'. On parle en jargon de 'zero rating', lorsqu'un opérateur ne comptabilise pas un appli spécifique (par exemple Facebook ou YouTube) dans le trafic des données. "Les consommateurs aiment les choses gratuites, et c'est là que se manifeste à présent la concurrence entre les opérateurs. La réglementation ne le prévoit pas, mais c'est le libre marché qui joue ici."

Cela semble être deux choses différentes, mais Pai oublia de dire qu'en ne comptabilisant pas des applis populaires, celles-ci prennent de l'avance sur les autres. Un abonnement ne comptabilisant pas le trafic YouTube rend l'utilisation de Netflix moins intéressante. Tout comme en omettant le trafic d'Instagram, c'est l'utilisation de Snapchat qui est désavantagée.

Si l'on étend ce genre raisonnement à la démocratisation de l'internet dont parlait Pai au début de son discours, on voit qu'on a à faire à un président du FCC qui loue l'internet ouvert, tout en y autorisant l'inégalité. Est-ce un bien pour le consommateur? Sans aucun doute. Est-ce un bien pour quiconque entend demain concurrencer une entreprise qui bénéficie du zero rating? Pas du tout. Ce genre d'approche est très préjudiciable surtout pour les jeunes entreprises qui veulent par exemple s'ancrer aux Etats-Unis (cf. le deuxième alinéa).

Il nous faut cependant apporter ici la nuance, selon laquelle le zero rating n'est pas une atteinte flagrante à la neutralité du net. C'est ainsi que Proximus propose via son abonnement Tuttimus de ne pas comptabiliser le trafic d'une appli populaire au choix. Mais le fait que le régulateur n'y voit aucun mal et ce, alors même qu'il considère l'internet comme un moyen concurrentiel facile, est à tout le moins confus et douteux.

En savoir plus sur:

Nos partenaires