"Le développeur SOA râle à juste titre"

10/03/09 à 11:40 - Mise à jour à 11:39

Source: Datanews

Les managers ICT doivent prendre au sérieux les développeurs qui se plaignent de ne pas recevoir de soutien pour la mise en oeuvre d'une service-oriented architecture (SOA). Ces développeurs ont en effet raison, selon l'expert SOA, Robert Schneider.

Les managers ICT doivent prendre au sérieux les développeurs qui se plaignent de ne pas recevoir de soutien pour la mise en oeuvre d'une service-oriented architecture (SOA). Ces développeurs ont en effet raison, selon l'expert SOA, Robert Schneider.

Les organisations qui passent à une service-oriented architecture en laissent souvent traîner la gouvernance. Mais si elles ne le font pas, elles se heurtent généralement à la rouspétance des développeurs. Et à juste titre. Voilà ce qu'écrit Robert Schneider, expert SOA et consultant au sein de l'entreprise canadienne de conseils et de formations SOA Systems, dans un article paru dans SOA Magazine.

Selon Schneider, il est essentiel que les managers ICT prennent au sérieux les griefs des développeurs. Ils ont en effet raison: la gouvernance leur impose une charge de travail supplémentaire et constitue un frein à la créativité. Si les managers ne veulent pas voir les choses en face, ils courent le risque que les développeurs ignorent tout simplement leur travail de mise en oeuvre. Avec toutes les conséquences négatives que cela implique: une profusion de services, des systèmes lents, de la duplication et une mise en oeuvre de plus en plus complexe. Ensuite, le problème s'étend à toute l'organisation et fait naître le sentiment général que 'toute cette histoire de SOA n'en vaut pas la peine'.

Pour étouffer dans l'oeuf cette chaîne de difficultés, les managers ICT doivent offrir à leurs développeurs une solide base en vue de créer une structure de gouvernance. C'est possible en reconnaissant que la gouvernance coûte du temps et de l'argent, et en accordant des formations et du support à l'équipe de développement. En outre, les entreprises doivent investir dans du logiciel de gouvernance. Cela s'avère utile, selon notre expert SOA, car ainsi, il est possible de prévoir les conséquences des changements, les inconsistances et éviter la duplication.

En collaboration avec Computable

Nos partenaires