Le contrat IT flamand pousse à plus d'engagements internes

16/04/08 à 11:10 - Mise à jour à 11:09

Source: Datanews

L''Entiteit ICT-Beleid' du gouvernement flamand a libéré 22 à 25 millions EUR pour l'engagement de renforts pour la gestion de ligne. Et ce en vue de rationaliser en interne les services du partenaire sous-traitant EDS-Telindus.

L''Entiteit ICT-Beleid' du gouvernement flamand a libéré 22 à 25 millions EUR pour l'engagement de renforts pour la gestion de ligne. Et ce en vue de rationaliser en interne les services du partenaire sous-traitant EDS-Telindus.

Ces 22 à 25 millions EUR s'ajoutent aux 615 millions EUR sur 7 ans prévus dans le contrat de sous-traitance IT flamand. Le groupe EDS-Telindus, qui avait déjà décroché le précédent contrat, l'a de nouveau emporté. Cet argent frais doit servir à engager des profils spécifiques pour la gestion de ligne, en particulier pour des domaines comme la gestion de programmes, la direction de projets, l'analyse 'business', l'analyse fonctionnelle, l'architecture IT ou la sécurité de l'information.

"Le contrat de sous-traitance IT propose un large éventail de services IT aux différentes organisations - alias les 'clients' - au sein du gouvernement flamand. Et ce sur une base volontaire et non-exclusive, explique Luc Chauvin, manager IT. Pour que l'implication de ces clients lors du développement et de la livraison de ces services (fournis par le partenaire sous-traitant ou par un autre tiers) se déroule correctement, un renfort peut dans certains cas s'avérer nécessaire à partir d'organisations internes propres. Par exemple suite à une pénurie interne de ressources ou d'expertise."

Chauvin insiste encore sur le fait que ces profils IT spécifiques ne concurrenceront pas EDS-Telindus, mais seront complémentaires des gens et de l'expertise du sous-traitant chez le client spécifique. Et de citer entre autres un analyste 'business' qui va déterminer en interne les besoins du client pour le sous-traitant, ou un chef de projet chez le client qui travaillera en parallèle avec son homologue chez le fournisseur. "En principe, l'on ressent en effet assez nettement le besoin de confier ces activités à des profils 'indépendants' du ou des sous-traitant(s)", ajoute encore Chauvin.

Nos partenaires