Le CFO de France Telecom entrevoit des possibilités de consolidation en Belgique

28/09/09 à 10:00 - Mise à jour à 09:59

Source: Datanews

Le cours de l'action du groupe télécom Mobistar a singulièrement grimpé vendredi dernier, après qu'un directeur de la maison mère, France Telecom, a déclaré qu'il y avait de l'espace pour une consolidation en Belgique. Le cours de l'action de Telenet a également suivi une courbe ascendante.

Le cours de l'action du groupe télécom Mobistar a singulièrement grimpé vendredi dernier, après qu'un directeur de la maison mère, France Telecom, a déclaré qu'il y avait de l'espace pour une consolidation en Belgique. Le cours de l'action de Telenet a également suivi une courbe ascendante.

Voilà ce qu'on peut lire dans le journal De Tijd. Gervais Pellissier, directeur financier de France Telecom, a affirmé dans une interview accordée à l'agence de presse Reuters qu'une consolidation était possible dans les pays, où le groupe était présent. Et de citer la Suisse, le Portugal et la Belgique. France Telecom possède chez nous 51 pour cent de Mobistar.

En Suisse, France Telecom pourrait regrouper l'opérateur mobile Orange et son rival Sunrise pour mieux concurrencer le leader de marché, Swisscom. Pellissier n'a pas révélé si des négociations dans ce sens étaient en cours.

Dans notre pays, il n'y a "pas de nécessité urgente" pour une telle opération, selon Pellissier. Mobistar génère en effet des marges supérieures à celles d'Orange en Grande-Bretagne, et la concurrence n'est pas si grande en Belgique qu'elle ne l'est en Suisse, a déclaré le directeur financier. "Le regroupement d'entreprises s'avère judicieux sur les marchés, où la rentabilité est faible."

Dans le passé, Mobistar a déjà été plusieurs fois associé à Telenet. Récemment, cette dernière entreprise a encore élargi son accord MVNO avec Mobistar, ce qui lui permet d'utiliser les antennes de l'opérateur pour son offre GSM. De son côté, Mobistar exploite le réseau à fibre optique de Telenet pour améliorer son réseau de transmission.

Une autre possibilité, selon l'analyste Siddy Jobe de la Banque Degroof, consisterait en une co-entreprise ('joint venture') entre Mobistar et Base. Leur part de marché combinée atteint 56 pour cent. "Base ne devrait de cette façon pas investir dans le 3G, une technologie dont dispose Mobistar. Les deux entreprises possèdent une part restreinte au niveau de la téléphonie fixe. Une co-entreprise pourrait signifier un investissement plus viable dans l'internet et la TV."

Si Telenet acquiert la quatrième licence mobile, Mobistar et Base, en tant qu'acteur mobiles purs, se retrouveraient encore plus sous pression, selon Jobe. L'analyste ajoute qu'il n'envisage aucune consolidation du marché à brève échéance.

Source: Belga/De Tijd

Nos partenaires