Le Brexit, une bonne nouvelle pour les start-ups irlandaises

30/06/16 à 12:14 - Mise à jour à 12:14

Le départ de la Grande-Bretagne de l'Union européenne n'afflige pas tout le monde. La commissaire en charge des start-ups à Dublin, Niamh Bushnell, remercie en effet les Britanniques de quitter l'UE. L'Irlandaise espère que davantage d'entrepreneurs encore choisiront d'établir leur start-up à Dublin, selon l'agence de presse Bloomberg.

Le Brexit, une bonne nouvelle pour les start-ups irlandaises

© Reuters

L'Irlande est dès à présent l'un des principaux pays technologiques au sein de l'UE. C'est ainsi qu'Apple, Facebook, Slack et Twitter notamment possèdent leur siège central européen dans ce pays, mais la concurrence avec le Royaume Uni est grande. Bushnell pense que les entrepreneurs londoniens par exemple courent à présent le risque de perdre leur accès direct au marché européen à la consommation. Elle prétend que Dublin sera bientôt la seule grande ville britannique au sein de l'UE et qu'elle sera en outre la seule capitale anglophone de l'Union européenne.

Tarifs fiscaux favorables

Il y a quand même un important inconvénient qui risque de tempérer l'optimisme irlandais. Il faut savoir en effet que l'Irlande s'avère surtout intéressante pour les entreprises américaines en raison de ses faibles tarifs fiscaux. Or ces tarifs sont aussi bas du fait que l'Irlande les rattache à ceux de la Grande-Bretagne. Le risque est grand qu'après le Brexit, l'Irlande doive adapter ses tarifs à ceux pratiqués dans le reste de l'Union européenne et ce, surtout sous la pression de la France.

(ANP/WK)

Nos partenaires