Larmes de crocodile

07/03/03 à 00:00 - Mise à jour à 06/03/03 à 23:59

Source: Datanews

5 Au cours du Forum Economique Mondial qui sest tenu fin janvier à Davos, plusieurs participants ont remis en cause limpact exagéré des résultats financiers trimestriels des entreprises.

Ainsi, deux banquiers de premier plan, Jozef Ackermann de la Deutsche Bank et John Thain de Goldman Sachs ont voqu la terreur des chiffres. A les en croire, la publication de ces chiffres trimestriels oblige les entreprises se focaliser exagrment sur le court terme. La pression de la publication chaque trimestre de rsultats honorables incite les chefs dentreprise des comportements errons, ont-ils dclar. Comportements errons, voire malversations dans le cas dEnron, WorldCom et consorts.Reste quil sagit l de larmes de crocodile de la part dAckermann et de Thain car aussi longtemps que les choses allaient bien, les banquiers taient trop contents dutiliser ces bons rsultats financiers comme argument pour inciter leurs investisseurs lachat. Certes, de mauvais rsultats financiers ne sont pas une bonne chose, surtout si les investisseurs ragissent galement de manire irrationnelle. Comme ce fut le cas la semaine dernire avec HP, lorsque le cours de laction a subi une baisse brutale parce que lentreprise venait dannoncer quen raison du climat conomique dfavorable, le chiffre daffaires allait rgresser. Quelquun sattendait-il ce que la fusion entre Compaq et HP soit porteuse de croissance?, sinterroge un analyste de Merrill Lynch. Tout le monde savait que le total serait infrieur la somme des deux parties. Mais manifestement, les actionnaires navaient pas fait le mme calcul.Faut-il ds lors abonner ces rsultats trimestriels dans le secteur IT galement? Pas notre avis, car il est bon quune entreprise se justifie rgulirement devant ses investisseurs. Mais peut-tre les entreprises devraient-elles arrter de publier des prvisions et des objectifs, car il est clair quaucune socit nest en mesure de prvoir de manire cohrente ses ventes un terme de plusieurs trimestres.

Nos partenaires