La voiture sans chauffeur... sans Bruxelles

17/10/13 à 16:04 - Mise à jour à 16:04

Source: Datanews

Voici un an, nous évoquions dans Data News l'arrivée prochaine de la voiture sans chauffeur sur les routes bruxelloises. Mais subitement, ce fut le cas plat autour de la candidature de la capitale belge.

La voiture sans chauffeur... sans Bruxelles

© Belga Picture

Voici un an, nous évoquions dans Data News l'arrivée prochaine de la voiture sans chauffeur sur les routes bruxelloises. L'ambition était alors de lancer un projet pilote de voitures électriques à pilotage automatique.

La Région de Bruxelles-Capitale s'était proposée comme candidat pour accueillir ce projet qui s'inscrivait dans le prolongement de l'initiative Citymobil qui portait également sur un système de transport cybernétique à Rome et des "pods" sans chauffeur à Londres Heathrow.

Mais subitement, ce fut le cas plat autour de la candidature de la capitale belge. "Nous devons à nouveau introduire notre dossier de candidature fin de ce mois-ci, mais je pense que nous n'y arriverons pas, confie Pierre Schmitz, responsable au sein de la Région de l'ensemble des relations internationales en matière de mobilité. Car une nouvelle condition est venue s'ajouter en cours de projet. La législation belge n'autorise en effet pas les véhicules sans chauffeur sur la voie publique. En d'autres termes, nous devrions être obligés pour des raisons légales de payer du personnel pour être simplement assis derrière le volant d'une voiture à pilotage automatique. Dans ces conditions, nous devrions rémunérer quelque 18 personnes durant 6 mois, ceci pour faire fonctionner 6 véhicules automatiques durant 14 h par jour et 7 jours sur 7. Ce à quoi il faut encore ajouter les frais liés à la sécurisation des trajets prévus afin d'éviter les accidents entre les voitures normales et les véhicules sans chauffeur qui circulent à environ 20 km/h. Il s'agit là d'un budget que nous n'avions pas prévu."

Une décision définitive devrait tomber d'ici un mois, estime encore Schmitz qui ajoute que dans de telles conditions, les chances de voir Bruxelles bénéficier de ce projet pilote sont très limitées

En savoir plus sur:

Nos partenaires