"La vidéo à la demande et la télévision interactive guère rentables"

10/10/07 à 08:00 - Mise à jour à 07:59

Source: Datanews

La vidéo à la demande ne rapporte pas grand-chose pour l'instant. Voilà ce qu'a déclaré, hier, Sushel Bijganath, 'managing director' de RTL Online lors du Broadband World Forum organisé à Berlin. Bijganath y a parlé ouvertement des applications à haut débit expérimentées actuellement par la principale entreprise de médias européenne.

La vidéo à la demande ne rapporte pas grand-chose pour l'instant. Voilà ce qu'a déclaré, hier, Sushel Bijganath, 'managing director' de RTL Online lors du Broadband World Forum organisé à Berlin. Bijganath y a parlé ouvertement des applications à haut débit expérimentées actuellement par la principale entreprise de médias européenne.

"Fin 2006, RTL inaugurait un portail de vidéo à la demande", a expliqué le directeur. "S'il y a une chose que nous avons apprise, c'est que le téléspectateur allemand ne veut pas payer pour une majorité de programmes qu'il peut voir ultérieurement sur son téléviseur. Si vous proposez gratuitement ce genre de programmes, vous ne susciterez guère d'intérêt."

Bijgamath suggéra que RTL ferait mieux de proposer son contenu gratuitement accompagné d'une forme publicitaire ou l'autre, comme c'est le cas sur la TV traditionnelle. L'administrateur voit également d'un bon oeil que la vidéo à la demande et la télévision linéaire sont complémentaires. "Si les spectateurs s'habituent déjà à la vidéo à la demande, c'est généralement après avoir visionné l'un de leurs programmes favoris sur la télévision linéaire, et c'est une bonne nouvelle pour les entreprises de médias traditionnelles", a-t-il encore ajouté.

Le directeur s'est aussi demandé de quelle manière la télévision interactive pourrait être rentable. "Tout le monde en parle, et nous expérimentons à fond les applications interactives, comme la demande de contenu supplémentaire et le vote des spectateurs. Le hic, c'est que l'intérêt est minime. En théorie, les possibilités pour les annonceurs sont infinies, mais dans la pratique, cela reste lettre morte jusqu'à présent."

Bijganath a conclu en disant que le haut débit pourra à long terme offrir une plus-value pour un fournisseur de contenu comme RTL, mais qu'il faudra encore un certain temps avant d'y arriver. Et d'ajouter que personne ne s'intéresse à des centaines de canaux télévisés: "La plupart des Allemands regardent six à sept chaînes au maximum. Il est donc insensé de les submerger de contenu numérique qu'ils ne regarderont pas."

Nos partenaires