La valeur de l'Autopilot de Tesla démontrée par une diminution de 40 pour cent du nombre d'accidents

20/01/17 à 12:34 - Mise à jour à 12:33

L'Autopilot de Tesla a été mis hors cause lors d'un accident mortel survenu en mai 2016, selon le ministère américain de la circulation. Depuis l'activation de l'Autopilot, le nombre d'accidents impliquant une voiture Tesla a même diminué de 40 pour cent.

La valeur de l'Autopilot de Tesla démontrée par une diminution de 40 pour cent du nombre d'accidents

© Tesla

Le 7 mai 2016, Joshua Brown a trouvé la mort, après que sa Tesla activée par l'Autopilot se soit encastrée dans la remorque d'un camion. Le ministère de la circulation n'a cependant vu aucune indication lui donnant à penser que l'Autopilot avait causé un problème de sécurité, selon l'agence Bloomberg. De l'enquête, il est apparu que le conducteur avait disposé d'un délai de sept secondes pour intervenir, mais en vain. On ne sait pas ce qu'il faisait à ce moment là, mais on estime qu'il était en train de regarder un film. Le système de Tesla est un assistant qui assume certaines tâches de conduite, mais qui ne fonctionne pas de manière entièrement autonome, comme certaines personnes le pensent. L'accident est donc imputable au conducteur, du fait qu'il ne faisait absolument pas attention à la route.

L'organe public qui mena l'enquête, évoque précisément les gros avantages du système qui lui a fourni un certain nombre de données cruciales via Tesla, d'où il apparaît que l'activation de l'Autopilot engendre une conduite nettement plus sûre.

Données de test uniques

Cette conclusion s'est imposée aussi parce que Tesla dispose de données de test uniques. Ses voitures sont fournies avec le hardware pour l'Autopilot, mais le pack logiciel doit être acheté séparément. Comme beaucoup de gens n'ont acheté ce dernier que plus tard, il est bon de vérifier combien d'accidents ont eu lieu avant et après l'activation de l'Autopilot. Selon les enquêteurs, il y a ici une différence de 40 pour cent. Suite aux résultats de l'enquête, les autorités compétentes aux Etats-Unis ne tiendront plus Tesla à l'oeil et ce, alors que Tesla fut précisément et dans un premier temps dans la ligne de mire après le démarrage de l'enquête relative à l'accident.

L'organisation américaine de défense des consommateurs avait après l'accident qualifié l'Autopilot 'de bénéficier trop rapidement d'une d'autonomie excessive'. Et qu'il était question d'un 'tas de promesses ne pouvant être tenues'. En octobre, l'autorité allemande de la circulation routière qualifia elle l'Autopilot de 'risque'. Selon elle, la voiture ne peut regarder suffisamment derrière elle (40 mètres) et ne suit pas suffisamment bien le marquage au sol dans les zones de travaux.

Pas un pilote automatique

Mais les instances estiment que le système est un assistant et pas un pilote automatique. Contrairement à ce que l'appellation du système laisse penser, il ne s'agit en fait pas d'un pilote automatique et il convient de toujours être vigilant derrière le volant. Lorsque le conducteur laisse trop longtemps les mains en dehors du volant, la voiture l'enregistre, puis freine au bout d'un certain temps, avant de s'arrêter complètement, si le conducteur ne réagit pas. Le conducteur ne peut ainsi jamais être entièrement distrait. Il est donc clair que la personne derrière le volant doit à coup sûr continuer de regarder la route.

Entre-temps, l'Autopilot continue d'évoluer. En novembre, Tesla a déployé la toute dernière version du logiciel, la version 8.0. Cette mise à jour exige que les conducteurs gardent plus souvent les mains sur le volant et amplifie la dépendance de la technologie du radar des Tesla en collaboration avec les caméras et les capteurs présents. Selon Elon Musk, cette toute nouvelle version aurait aperçu la remorque du camion, ce qui fait que l'accident aurait pu être évité

Fonction de prévision

Fin décembre, une vidéo était apparue en ligne, dans laquelle la technologie du radar avait prévu un accident sur une autoroute néerlandaise avant qu'il ne se produise. Dans la vidéo, on voyait que la Tesla Model X équipée d'une caméra de bord, avait freiné fortement, avant d'avoir aperçu quelque chose. Le radar dans la voiture examine en fait ce qui se passe sous et aux alentours de la voiture et avait en l'occurrence vu que plusieurs véhicules précédents avaient freiné brutalement.

A présent que le logiciel de l'Autopilot devient toujours plus mature, Musk a annoncé hier jeudi dans un tweet qu'avec Tesla, il a comme but de réduire de 90 pour cent les accidents.

En savoir plus sur:

Nos partenaires