La Thaïlande met en garde contre Pokémon et veut tracer les touristes avec une carte SIM spéciale

10/08/16 à 13:11 - Mise à jour à 13:11

La junte militaire au pouvoir en Thaïlande interdit l'utilisation du jeu Pokémon Go au sein des ministères nationaux, des casernes militaires et des agences de sécurité. Elle entend aussi mieux surveiller les touristes à l'aide de cartes SIM.

La Thaïlande met en garde contre Pokémon et veut tracer les touristes avec une carte SIM spéciale

© iStock

"Je ne veux pas que les personnes travaillant dans les ministères perdent leur temps à jouer", a expliqué Prayut Chan-Ocha, le chef de la junte, lundi lors d'une conférence de presse.

Et d'insister sur son souci de protéger les joueurs, qui pourraient être victimes de faits de violence, de vol, voire d'agression sexuelle: "Je ne souhaite pas interdire le jeu, mais j'invite tous les joueurs à ne jouer que dans des lieux publics et de partager leur temps libre de manière sensée."

Cartes SIM pour touristes

Lors d'une autre conférence de presse tenue à Bangkok, la junte thaï a évoqué une proposition consistant à obliger les touristes à acheter dès leur arrivée dans le pays une carte SIM enregistrée spéciale pour leur téléphone mobile. La junte pourra alors localiser les touristes en question de manière plus rapide et à tout moment.

"L'objectif n'est pas de limiter la liberté des touristes, mais bien de pouvoir les retrouver au cas où ils resteraient trop longtemps dans le pays ou tenteraient de fuir", a déclaré Takorn Tantasith, secrétaire général de la commission thaïlandaise des télécommunications.

Avec cette mesure, la Thaïlande entend officiellement lutter contre la forte criminalité dans le pays. Précédemment déjà, un projet prévoyant un bracelet électronique pour les touristes avait été rejeté.

Le touriste qui achète une carte SIM en Thaïlande, doit désormais, tout comme ce sera le cas bientôt en Belgique aussi, s'identifier au moyen d'un passeport. Ce pays est également particulièrement strict vis-à-vis de toute personne qui y reste plus longtemps que ce que prévoit son visa. Il semble toutefois très malaisé de tracer les touristes dans le pays, étant donné qu'une carte SIM peut difficilement être localisée, si elle n'est pas installée dans un appareil opérationnel par exemple. (Belga/PVL)

En savoir plus sur:

Nos partenaires