La technologie n'arrive pas à évincer la carte de v½ux traditionnelle

05/12/11 à 12:02 - Mise à jour à 12:02

Source: Datanews

La carte papier traditionnelle demeure dans notre pays - et de loin - le support le plus populaire de réception des voeux. Et au niveau de l'envoi des voeux, seul le SMS fait mieux.

La technologie n'arrive pas à évincer la carte de v½ux traditionnelle

La carte papier traditionnelle demeure dans notre pays - et de loin - le support le plus populaire de réception des voeux. Et au niveau de l'envoi des voeux, seul le SMS fait mieux.

Voilà ce qui ressort d'un sondage européen ludique de la division MSN de Microsoft auprès de 10.000 personnes. En Belgique, 75 pour cent des personnes interrogées préfèrent recevoir leurs voeux de fin d'année par la poste. 58 pour cent apprécient le SMS et 41 pour cent trouvent aussi les courriels de voeux agréables. Pour ce qui est de l'envoi des voeux, 67 pour cent des répondants préfèrent recourir au SMS, alors que 63 pour cent citent la carte papier et 40 pour cent l'e-mail.

Dans ce contexte, la Belgique se distingue un peu du reste de l'Europe, où la carte postale de voeux n'arrive qu'en troisième position (45 pour cent). Le SMS et le téléphone occupent respectivement la 1ère et la 2ème place. A propos de la réception des voeux, la carte papier traditionnelle reste également la plus prisée en Europe (61 pour cent des répondants). Le téléphone et le SMS se classent à la 2ème et à la 3ème place.

Tout en bas des classements en Belgique, l'on trouve les réseaux sociaux (17 pour cent pour la réception et 22 pour cent pour l'envoi des voeux) et le chat vidéo (9 pour cent pour la réception et 6 pour cent pour l'envoi). En Europe aussi, il s'agit là des supports les moins utilisés.

Enfin, MSN a également posé la question suivante: 'quel cadeau souhaiteriez-vous recevoir à Noël?'. En Belgique, pas moins de 48 pour cent des répondants ont répondu un chèque-cadeau, 19 pour cent un smartphone, PC ou tablette et 14 pour cent un vêtement. Ces chiffres sont plus ou moins comparables au niveau européen.

En savoir plus sur:

Nos partenaires