La technologie - enfin - au secours du football?

12/07/10 à 12:59 - Mise à jour à 12:59

Source: Datanews

Le secrétaire général de la FIFA l'a confirmé ce week-end: technologie pourrait être envisagée pour assister l'arbitre dans ses décisions lors de matches de football. Enfin, pourrait-on dire, même si la décision est loin d'être prise.

La technologie - enfin - au secours du football?

La Coupe du Monde de Football se termine sur la victoire - méritée - des Espagnols, mais elle laissera un goût amer à certaines équipes, qu'il s'agisse par exemple de l'Irlande (main flagrante de Henry en éliminatoires contre la France) ou de l'Angleterre (but annulé de Lampart contre l'Allemagne). Pas mal d'erreurs d'arbitrage, amplifiées par une vidéo omniprésente et des ralentis de haute qualité.

Mais pas question pour la FIFA de recourir à la vidéo pour assister l'arbitre dans sa délicate tâche. En revanche, le secrétaire général de la FIFA, Jérôme Valcke, a déclaré ce week-end que la Fédération pourrait envisager le recours à la technologie. Plus précisément à la goal line technology.

Pour l'heure, deux technologies existent pour déterminer si un ballon a ou non franchi la ligne de but. La Hawk-Eye technology où au moins 4 caméras vidéo à haute vitesse sont placées à différents endroits autour du terrain et où, par triangulation, la position 3D du ballon est calculée pour chaque frame de la caméra. L'autre solution, développée par Adidas et Cairos, consiste à intégrer un capteur dans la balle et à installer un champ magnétique à l'avant et à l'arrière du but. Lorsque la balle franchit la ligne, le bracelet de l'arbitre indique s'il y a but ou non. Mais il est également envisagé de prévoir deux arbitres supplémentaires le long de la ligne de but.

Depuis de nombreuses années, des essais sont effectués, mais la FIFA s'était jusqu'ici refusé à déployer ce type de technologie pourtant utilisée dans d'autres sports comme le tennis, le hockey, etc. Certes, il reviendra toujours à l'homme - par définition faillible - de trancher, mais peut-être la technologie évitera-t-elle les erreurs flagrantes? Cela dit, les discussions risquent d'être encore longues et animées...

Nos partenaires