La 'Snow' a cessé chez Base

17/12/14 à 09:41 - Mise à jour à 09:44

Source: Datanews

Base jette l'éponge. L'opérateur interrompt en effet son offre de télévision numérique Snow. Son CEO Jos Donvil en impute toute la responsabilité au gouvernement.

La 'Snow' a cessé chez Base

© .

"Vais-je devenir à présent client de Scarlet? Je ne sais pas encore. J'ai toujours tellement apprécié Snow", explique Jos Donvil. Les 35.000 clients de Snow reçoivent aujourd'hui même le message selon lequel Base arrête Snow et qu'ils seront transférés gratuitement vers la filiale Scarlet de Belgacom. Base en a assez. "Il y a six mois, nous avons cessé d'investir et avons examiné les possibilités qui s'offraient sur le plan structurel. Nous en avons conclu qu'il était impossible de gagner de l'argent ainsi".

Snow a été lancée il n'y a même pas deux ans, début février 2013, pour affronter les services TV de Belgacom et Telenet "Les circonstances étaient idéales, déclare Jos Donvil. La nouvelle loi télécom venait de sortir, le câble avait été ouvert, les revenus par utilisateur étaient importants, et il y avait encore 1 million de clients analogiques." Base ne négligea pas non plus l'aspect ludique et planta le soir même de petits bonhommes de neige à proximité du siège central de Telenet à Malines avec l'inscription 'We want Snow'. Telenet réagit tout aussi ludiquement et revêtit les bonhommes de neige d'un bonnet et d'une écharpe aux couleurs Telenet.

Jos Donvil estime que Snow a été un énorme succès de marketing, mais pointe un doigt accusateur vers le gouvernement: "Je me suis rendu certainement à cinq reprises chez le ministre Johan Vande Lanotte. Je lui ai dit ce qui allait se passer et qu'il devait faire quelque chose." Donvil reproche aux autorités de n'avoir rien fait face au duopole Belgacom - Telenet et d'avoir bien trop tard ouvert entièrement le câble. "A présent, ils veulent enquêter fin 2015. C'est beaucoup trop tard." Il ne souhaite pas révéler combien Base a exactement investi dans Snow: "Nous avions prévu un retour sur investissement de trois ans, mais ce n'est plus possible. Cela reste nettement trop cher. Hélas!" Une solution est à présent recherchée pour la dizaine de collaborateurs de Base concernés.

En savoir plus sur:

Nos partenaires