La SNCB sur le point de partager ses données avec les développeurs

24/06/15 à 17:01 - Mise à jour à 17:01

Source: Datanews

Il y a de fortes chances pour que la SNCB et Infrabel acceptent explicitement les données ouvertes dans leur nouveau contrat de gestion, maintenant que le Parlement a voté une résolution dans ce sens.

La SNCB sur le point de partager ses données avec les développeurs

© Belga

Il s'agit par exemple de la banque de données contenant des informations en temps réel sur le règlement de service et sur les retards connexes. En l'ouvrant (gratuitement ou moyennant une faible rétribution) aux développeurs, ces derniers pourraient créer eux-mêmes des applis et d'autres applications avec des infos en direct sur le trafic ferroviaire.

Hier, le Parlement a donc voté une résolution à ce propos qui a été acceptée majorité contre opposition. Le texte demande au gouvernement fédéral d'accorder de l'attention aux données ouvertes dans les contrats de gestion de la SNCB et d'Infrabel.

La résolution proprement dite émane du parlementaire CD&V Jef Van den Bergh, mais au sein de l'actuel gouvernement, des voix se font entendre depuis assez longtemps déjà pour que l'on fasse plus de cas des données ouvertes. C'est ainsi que le ministre en charge de l'Agenda Numérique, Alexander De Croo, a récemment qualifié la SNCB d'exemple explicite d'application des données ouvertes. Peter Dedecker, parlementaire NVA, réclame depuis des années aussi un modèle, où tout le monde pourrait utiliser les données publiques de la SNCB et d'Infrabel.

5 ans

Si la SNCB stimule l'utilisation des données ouvertes, ce serait une volte face par rapport à il y a cinq ans. A l'époque, la SNCB voulait en effet encore mettre hors ligne le planificateur routier online iRail en argumentant qu'elle possédait les droits sur ces données, même s'il s'agissait à chaque fois de données disponibles publiquement, qui étaient traitées dans l'appli.

La situation avait généré en 2010 notamment un débat parlementaire, au cours duquel la ministre des entreprises publiques de l'époque Inge Vervotte avait affirmé que l'ouverture des API pour garantir un meilleur accès n'était pas du ressort de la SNCB et que cela ne figurait pas non plus dans le contrat de gestion. Les choses vont donc bientôt changer.

Nos partenaires