La 'Silicon Valley' se mue en 'Green Valley'

18/02/09 à 09:40 - Mise à jour à 09:39

Source: Datanews

La 'State of the Valley Conference' parle d'un recul des emplois et des revenus dans la zone technologique californienne qu'est la Silicon Valley, mais distingue néanmoins un avenir dans la forte croissance des entreprises 'vertes'.

La 'State of the Valley Conference' parle d'un recul des emplois et des revenus dans la zone technologique californienne qu'est la Silicon Valley, mais distingue néanmoins un avenir dans la forte croissance des entreprises 'vertes'.

Jusque fin 2008, la Silicon Valley Foundation et la Joint Venture: Silicon Valley Network voyaient leur région mieux résister à la crise que les autres parties des Etats-Unis. Mais depuis lors, la situation s'est rapidement détériorée, de sorte que lors de leur 'State of the Valley Conference' annuelle, les deux organisations évoquent un recul du nombre des emplois dans la zone de San Jose-Sunnyvale-Santa Clara (le coeur de la Silicon Valley) de l'ordre d'1,3 pour cent par rapport à l'année précédente, ce qui reste néanmoins légèrement mieux que la moyenne californienne de -1,7 pour cent et que la moyenne nationale de -2 pour cent. Pour la première fois depuis 2003, les revenus par personne ont également diminué de 0,8 pour cent par rapport à l'année précédente.

Le grand espoir pour l'avenir devrait être l'industrie 'verte' qui a déjà connu une croissance de 23 pour cent du nombre d'emplois 'green-tech' au cours de la période 2005-2007. L'an dernier, les investissements des bailleurs de capital risque dans le secteur 'green tech' ont crû de 94 pour cent.

Une 'special analysis' met cependant en garde contre le fait que 'l'infrastructure sociale' de la Silicon Valley ne s'adapte pas suffisamment au nouveau mix des entreprises innovantes. En l'occurrence, elle ne formerait pas assez de personnes qui seront nécessaires d'ici, disons, 2016. Et une aide extérieure ne résoudra pas le problème car la Silicon Valley "ne pourra pas répondre aux besoins en attirant des travailleurs étrangers ou d'autres états américains."

Nos partenaires