La sécurité reste le souci numéro un des entreprises

07/09/11 à 13:17 - Mise à jour à 13:17

Source: Datanews

Le sondage mondial 'State of Security' réalisé par Symantec nous apprend que les entreprises continuent de considérer la sécurité comme leur principal risque professionnel, mais il y a quand même un mieux, à en croire des chiffres venant d'Allemagne.

La sécurité reste le souci numéro un des entreprises

Le sondage mondial 'State of Security' réalisé par Symantec nous apprend que les entreprises continuent de considérer la sécurité comme leur principal risque professionnel, mais il y a quand même un mieux, à en croire des chiffres venant d'Allemagne. Tout comme l'année dernière, le spécialiste de la sécurité Symantec a interrogé 3.300 entreprises dans le monde, des grandes sociétés comme des PME, à propos de leur vision des menaces contre leur sécurité. Il en ressort que les 'cyber-attaques' représentent la plus grande préoccupation des entreprises, suivies par 'les incidents ICT causés par des collaborateurs pourtant bien intentionnés' et par 'les menaces ICT internes'.

Comme sources de danger, elles placent tout en haut de leur liste le 'mobile computing', suivi par la 'percée des médias sociaux' et par 'la consumérisation de l'ICT'. Ce qui est intéressant à noter, c'est que figurent tout en bas de leur liste des évolutions comme le 'private cloudcomputing', le 'public software as a service' et (en dernier lieu) la 'public infrastructure/platform as a service'.

Un point positif: une légère diminution du nombre d'entreprises attaquées (72% contre 75% l'année précédente), alors que toutes les entreprises agressées n'en subissent pas forcément des dommages (92% contre 100%). Autre baisse: le pourcentage d'entreprises ayant vu le nombre d'attaques croître (21% contre 29%). Le top trois des pertes était constitué du 'downtime, perte de productivité', du 'vol d'informations sur le personnel' et du 'vol de propriété intellectuelle'. Le coût de ce genre d'attaque réussie varie de 100.000 dollars minimum (chez 20% des PME) à 270.000 dollars minimum (chez 20% des grandes sociétés).

L'Allemagne plus sûre

En Allemagne, l'eco-Verband (l'association des entreprises internet) annonce pour sa part un recul net et constant du nombre de pourriels (spam) au cours du premier semestre de cette année.

En outre, le nombre de systèmes 'zombies' en Allemagne - des ordinateurs piratés par des cybercriminels et utilisés dans des botnets - a fortement diminué fin de l'an dernier et n'a plus augmenté depuis lors (contrairement à d'autres pays).

L'eco-Verband attribue cette situation entre autres à la création d'un centre de conseils en matière de protection contre les botnets. Ce 'Projekt Anti-Botnet-Beratungszentrum' - une collaboration entre fournisseurs internet, entreprises de sécurité (telles Avira, Kaspersky et Norton/Symantec) et le Bundesamt für Sicherheit in der Informationstechnik - a déjà fourni sur son site www.botfrei.de à des milliers de personnes des informations sur la manière de se protéger contre les botnetters.

En savoir plus sur:

Nos partenaires