La sécurité IT, une affaire de mobilité et d'homme

06/05/08 à 11:00 - Mise à jour à 10:59

Source: Datanews

La sécurité a toujours été une affaire IT complexe, et la croissance de la mobilité ne fait que compliquer les choses. Le principal problème demeure cependant l'homme lui-même.

La sécurité a toujours été une affaire IT complexe, et la croissance de la mobilité ne fait que compliquer les choses. Le principal problème demeure cependant l'homme lui-même.

Voilà ce qui ressort d'une étude effectuée auprès de plus de 400 spécialistes IT par MarketCap, en collaboration avec nos collègues du magazine néerlandais Computable. Malgré toutes les possibilités de la technologie, la sécurité est encore et toujours une affaire d'hommes, non seulement de l'informaticien, mais aussi et surtout de l'utilisateur final.

Parmi les 413 managers et professionnels IT interrogés, pas moins de 37,5 pour cent sont entièrement d'accord avec l'opinion selon laquelle la valeur de la chaîne de la sécurité est déterminée par le facteur humain. 35,3 autres pour cent sont partiellement d'accord.

Le fait que l'homme devienne toujours plus mobile ne facilite évidemment pas le phénomène de la sécurité. 40,2 pour cent des managers IT sont en partie d'accord avec l'avis selon lequel le stockage mobile des données menace la sécurité IT. 15,9 autres pour cent partagent par contre pleinement cet avis. Le stockage mobile des données comprend non seulement les clés USB, mais aussi les ordinateurs portables, téléphones intelligents et d'autres appareils individuels à connecter à l'infrastructure IT.

En outre, la percée des solutions de mobilité comme le télétravail, VoIP et SaaS (Software as a Service) complique en tout cas la sécurité de la communication. L'opinion selon laquelle cette sécurité devient ainsi inapplicable est partagée partiellement par 17,7 pour cent des participants et totalement par 5,1 pour cent d'entre eux. Ce qui est étonnant, c'est que 27,4 pour cent réagissent de manière neutre et que 24,4 pour cent ne sont partiellement pas d'accord. Seuls 10,9 pour cent désapprouvent complètement cet avis.

Alors que la mobilité constitue donc certainement un souci pour la sécurité, seuls 24,9 pour cent des personnes interrogées indiquent utiliser des solutions spécifiques à la sécurité mobile. La sécurité des appareils mobiles est cependant partiellement couverte par les moyens de protection traditionnels, comme les logiciels antivirus, pare-feu et systèmes de gestion des identités et des accès. Ces moyens sont le plus fréquemment utilisés avec respectivement 70,3, 66,7 et 57,3 pour cent. Les anti-pourriels et produits de sécurité du réseau suivent avec 56,8 et 55,6 pour cent, puis viennent la sécurité des passerelles et les logiciels de cryptage avec 41,9 et 38,7 pour cent.

En collaboration avec Computable

Nos partenaires