La saga du GIEI: prochaine étape en juin

12/05/10 à 09:24 - Mise à jour à 09:24

Source: Datanews

Le gouvernement wallon a pris de nouvelles décisions pour faire évoluer le dossier de l'informatique administrative régionale.

La saga du GIEI: prochaine étape en juin

Le gouvernement wallon a pris de nouvelles décisions pour faire évoluer le dossier de l'informatique administrative régionale. Parce que les délais impartis continuent de poser problème(s).

La dénonciation, au printemps 2008, de la convention qui liait la Région wallonne à son prestataire informatique (GIEI) a placé le gouvernement wallon devant une série de défis dont nous nous sommes déjà fait l'écho à plusieurs reprises: nécessité de se donner les moyens de rapatrier le contrôle et la gestion de l'informatique administrative, renforcement des équipes, définition d'une stratégie globale, gestion "en douceur" de la transition pour assurer la continuité des services...

Alors que la fin du préavis se rapproche à grands pas (mars 2011 pour la Wallonie mais, déjà, décembre 2010 pour la Communauté française), de nouvelles mesures ont été décidées par le gouvernement wallon afin de pallier à certaines difficultés qui ne pourront être résolues à temps. En voici quelques grandes lignes.

- GCOM: la transition vers l'application Walcomfin, mettant en oeuvre une comptabilité modernisée, en partie double, "ne pourra être envisagée que lorsque les décrets et réglementations de la nouvelle comptabilité régionale auront été adoptés". Or, ce dossier traîne. On attend, d'ici la fin du semestre, le dépôt d'une note par le ministre du Budget et, dans la foulée, la rédaction d'un cahier de charges. Impossible de 'bidouiller' ou de faire réaliser une solution d'ici l'échéance du contrat GIEI, évidemment. Il s'agira dès lors de convenir avec le GIEI d'une manière d'assurer la continuité.

- Renfort de personnel: le cadre à remplir pour le DTIC (département IT) a été fixé à 66 équivalents temps plein. Aujourd'hui encore, il n'est assuré qu'à hauteur de 50%. Des recrutements sont en cours, 9 personnes devant en principe être engagées "d'ici juin-juillet". En cas de carence de recrutement à la fin juin, le Ministre-Président, en charge de l'informatique administrative, pourra lancer une procédure d'engagement de contractuels "dans l'attente de l'arrivée du personnel statutaire".

- Recours à des services "d'accompagnement" temporaires devant "suppléer l'absence actuelle de ressources internes". Des prestataires de conseils externes seront donc choisis pour 4 missions "strictement limitées dans le temps": aide méthodologique à la définition et à la mise en oeuvre d'une politique d'externalisation; intervention ponctuelle d'experts pour l'apport de connaissances et d'expériences spécifiques (BI, ECM, architecture d'entreprise...); conseils juridiques pour le choix des procédures de marché, la rédaction et validation de cahiers de charges, et le suivi des procédures d'attribution; et, enfin, assistance à la définition des besoins IT par les diverses administrations.

- Désignation d'un "coordinateur à la transition" (suivi administratif du 'phasing out', reporting au gouvernement, définition de plans stratégiques annuels et de schémas directeurs).

- Synergies nouvelles avec la Communauté française avec création potentielle d'une centrale d'achats commune et signature d'un accord de coopération permettant de mutualiser la gestion de marchés publics.

Dès mars 2011, 50% de l'informatique wallonne (la teneur devra en être précisée en juin) fera l'objet d'un appel à candidatures en vue d'identifier les nouveaux partenaires. Le solde (dont l'application GCOM) suivra "progressivement". La sortie définitive du GIEI ne pouvant intervenir qu'une fois l'ensemble des nouvelles applications développées, le 'phasing out' dépassera, pour certains pans de l'IT, la date de mars 2011 avec, dès lors, un possible cahier de charges supplémentaire pour 2011.

Prochaine rendez-vous: fin juin, pour la présentation du modèle de sourcing et d'appel à candidatures pour les applications qui seront prises en charge par des partenaires externes, et lancement des premières procédures d'externalisation.

En savoir plus sur:

Nos partenaires