La Région bruxelloise centralise ses infrastructures IT

14/03/12 à 11:39 - Mise à jour à 11:39

Source: Datanews

Aujourd'hui, les administrations régionales et locales de la Région de Bruxelles-Capitale exploitent pas moins de 100 salles serveurs comptant quelque 2.000 machines. Mais à terme, un datacenter centralisé unique devrait voir le jour.

La Région bruxelloise centralise ses infrastructures IT

Aujourd'hui, les administrations régionales et locales de la Région de Bruxelles-Capitale exploitent pas moins de 100 salles serveurs comptant quelque 2.000 machines. Mais à terme, un datacenter centralisé unique devrait voir le jour.

Afin d'offrir aux différentes administrations et institutions publiques qu'elle dessert une infrastructure de qualité, à la fois performante mais aussi sécurisée et économique, la Ministre bruxelloise en charge de l'informatique, Brigitte Grouwels, vient d'annoncer son intention de centraliser au maximum les plates-formes informatiques existantes.

Certes, le Centre d'Informatique pour la Région bruxelloise (CIRB) dispose déjà d'un datacenter important. Un salle serveurs qui vient d'ailleurs de voir sa surface être étendue de quelque 40 m2. Mais au total, ce sont pas moins de 2.000 serveurs qui tournent dans une centaine de salles. Or selon une étude de Capgemini, il serait possible de réaliser de 20 à 30% d'économies sur le budget informatique en consolidant ces infrastructures. Qui plus est, ces centres ne sont pas toujours ultra-sécurisés, tandis que les politiques en matière de disaster recovery n'y sont pas optimales.

D'où l'idée de créer un datacenter régional. Avec à la clé des économies en termes financiers (par ex. des coûts énergétiques moindres, mais aussi la virtualisation plus poussée des serveurs), mais aussi humains (moins de personnel pour la gestion des systèmes), tandis que les services pourront être davantage professionnalisés. A terme, ce datacenter pourrait accueillir jusqu'à 6.000 serveurs, tandis que le site IT du CIRB pourrait servir de back-up.

Toutes les options sont ouvertes, mais la construction d'un datacenter est la plus probable, vu la saturation des datacenters dans la capitale. Le projet s'étendra sur plusieurs années et les premières propositions seront soumises au cabinet de la Ministre avant fin juin.

En savoir plus sur:

Nos partenaires