La publication électronique sur Amazon Kindle plus chère que l'impression papier

17/02/11 à 11:11 - Mise à jour à 11:11

Source: Datanews

Nos éditeurs peuvent se réjouir qu'Amazon s'oriente surtout sur le marché anglophone avec son Kindle, du moins selon une enquêté réalisée par nos collègues britanniques de PC Pro.

La publication électronique sur Amazon Kindle plus chère que l'impression papier

Apple avait essuyé une volée de critiques, lorsqu'elle tenta de rendre plus strictes les règles de publication pour les éditeurs sur l'iPad. Nos éditeurs peuvent se réjouir qu'Amazon s'oriente surtout sur le marché anglophone avec son Kindle, du moins selon une enquêté réalisée par nos collègues britanniques de PC Pro.

Tout comme Apple, Amazon s'empare de trente pour cent des revenus d'une publication électronique diffusée via le Kindle. Mais en plus, Amazon facture des frais de livraison, qui doivent aider à financier les coûts 3G du Kindle. Les Kindle sont en effet fournis avec une connexion 3G "gratuite", par laquelle il est possible de télécharger, moyennant paiement, des livres et magazines sur l'e-lecteur.

Selon PC Pro, Amazon facture aux éditeurs britanniques 10 pence (soit quelque 12 centimes d'euro) par Mo pour la fourniture de magazines et de journaux. Les frais pour un journal ordinaire ou une revue normale intégrant quelques illustrations peuvent ainsi atteindre dix pour cent de son prix de vente. Si l'on y ajoute les trente pour cent qu'Amazon facture de toute manière, vous aurez compris que les coûts peuvent véritablement s'envoler pour les éditeurs. Plus la publication contient d'illustrations et de photos, plus les frais de diffusion 3G sont élevés.

PC Pro a ainsi calculé qu'un numéro moyen de son magazine représenterait 50 à 60 pence (0,6 à 0,7 euro) de frais de diffusion. Si l'on y ajoute la TVA qui est prélevée uniquement sur les abonnements électroniques, plus les trente pour cent engloutis par Amazon, l'on obtient un début d'explication de la raison pour laquelle les publications électroniques sont plus coûteuses sur le Kindle que leurs pendants sur papier.

L'exemple de The Economist le démontre bien dans la pratique. Un abonnement dans le magasin Kindle revient à 9,99 livres par mois. Si l'on répercute cela sur l'année, l'abonnement électronique à The Economist coûte 20 livres de plus qu'un abonnement papier. Une solution serait de prévoir moins d'illustrations et de photos dans le magazine, mais cela ne ferait pas le bonheur des lecteurs! L'édition électronique a donc encore pas mal de pain sur la planche...

En savoir plus sur:

Nos partenaires