La police réclame encore des données bancaires par fax et courrier

31/07/12 à 11:53 - Mise à jour à 11:53

Source: Datanews

La police examine toujours plus de comptes bancaires de pseudo-criminels et en bloque aussi sans cesse davantage. La manière dont ces enquêtes se déroulent aujourd'hui encore, semble cependant être d'un autre âge.

La police réclame encore des données bancaires par fax et courrier

La police examine toujours plus de comptes bancaires de pseudo-criminels et en bloque aussi sans cesse davantage. La manière dont ces enquêtes se déroulent aujourd'hui encore, semble cependant être d'un autre âge.

L'année dernière, le service central de la police fédérale a introduit 1.648 demandes auprès des banques, peut-on lire dans le journal De Tijd. C'est 13 pour cent de plus qu'en 2010 et 57 pour cent de plus qu'il y a six ans. L'an dernier, la police a bloqué aussi un nombre record de comptes (162), pas moins de 58 pour cent de plus que l'année précédente.

Le hic, c'est que la police attend depuis six ans déjà un système informatique, appelé 'Profid', pour réclamer les données dont elle a besoin auprès des banques et pour les passer au crible. Le développement de ce système a déjà coûté 1,3 million d'euros. Au sein de la police, l'on déclare que l'on en est actuellement à une phase d'expérimentation interne et qu'un test plus important est prévu pour le mois de septembre.

Les demandes de la police sont par conséquent faites par fax depuis des années déjà. Les données bancaires sont généralement envoyées par courrier, déclare l'association sectorielle Febelfin: "Pour tout le monde opérant dans notre secteur, il est manifeste que les demandes introduites par les services de police sont très lourdes, prennent beaucoup de temps et sont coûteuses." Les enquêteurs sont également frustrés à propos des retards que subit le système.

L'Inspection Spéciale des Impôts (ISI) examine du reste aussi toujours plus de comptes bancaires. Grâce à l'assouplissement du secret bancaire de juillet 2011, l'ISI a ainsi eu accès l'année dernière à 453 comptes bancaires contre 96 en 2010.

Source: De Tijd/Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires