La police quadruple son budget technologique

08/02/08 à 11:50 - Mise à jour à 11:49

Source: Datanews

Pour pouvoir lutter correctement contre les malfaiteurs modernes et accroître l'efficacité du corps, la police fédérale disposera d'un budget technologique quasiment quatre fois plus élevé que celui de 2007.

Pour pouvoir lutter correctement contre les malfaiteurs modernes et accroître l'efficacité du corps, la police fédérale disposera d'un budget technologique quasiment quatre fois plus élevé que celui de 2007.

L'importance que prend la technologie au sein de la police est soulignée par le Plan de Sécurité Nationale 2008-2011. Il s'agit là du document stratégique du ministre de l'Intérieur, Patrick Dewael, et du ministre de la Justice, Jo Vandeurzen, relatif aux forces de police du pays. Les moyens d'achat, de maintenance et de fonctionnement du matériel à haute valeur technologique seront portés à 3% du budget de 2011 de la police fédérale. Par comparaison, en 2007, ils représentaient 0,81% du budget total d'1,596 milliard EUR, soit 12,9 millions EUR. Ce montant sera donc quasiment quadruplé. En outre, la lutte contre la criminalité internet devient l'une des top-priorités de la police.

L'on semble avoir pris davantage conscience du fait que l'IT et la technologie sont non seulement des cibles importantes pour les criminels - "Porter atteinte aux moyens IT des autorités ou des entreprises s'avère très efficace pour saper leur fonctionnement, voire le paralyser", déclare-t-on - mais ce sont surtout aussi des instruments de travail pratiques. La police entend par conséquent protéger pleinement les cibles IT cruciales et expérimenter elle-même les avantages de l'innovation technologique. Concrètement, l'on pense d'une part à l'utilisation d'outils, tels que le pistage par satellite, l'écoute sur internet ou le 'datamining', et d'autre part aux technologies conçues pour améliorer l'efficacité du corps de police (demande de données unique, télétravail,...). Le ministre Dewael table à ce propos sur un dossier au moins par an contenant des propositions ou recommandations.

Nos partenaires