La pénurie de personnel pèse le plus sur la croissance des entreprises IT

10/10/07 à 10:30 - Mise à jour à 10:29

Source: Datanews

Agoria, la fédération du secteur technologique, a constaté une croissance substantielle de ses membres au cours du premier semestre de 2007, tant au niveau du chiffre d'affaires qu'à celui de la rentabilité. Même si la conjoncture semble aujourd'hui avoir quelque peu dépassé son apogée, une série d'entreprises (surtout dans le secteur IT) voient leur progression encore enrayée par un manque de main d'oeuvre qualifiée.

Agoria, la fédération du secteur technologique, a constaté une croissance substantielle de ses membres au cours du premier semestre de 2007, tant au niveau du chiffre d'affaires qu'à celui de la rentabilité. Même si la conjoncture semble aujourd'hui avoir quelque peu dépassé son apogée, une série d'entreprises (surtout dans le secteur IT) voient leur progression encore enrayée par un manque de main d'oeuvre qualifiée.

Si le secteur automobile (à cause des circonstances) n'est pas pris en considération, les entreprises technologiques en Belgique ont enregistré durant la première moitié de 2007 une hausse de leur chiffre d'affaires de 4,5 pour cent (+1,9% si l'on y inclut le secteur automobile). La rentabilité a crû, même si elle n'a pas été vraiment suffisante dans un peu plus de la moitié des entreprises. De plus, le pourcentage des entreprises en perte (18%) est le plus faible depuis 1997. Cette augmentation de la rentabilité est exploitée pour améliorer la structure financière des entreprises, ainsi que pour les investissements.

A l'avenir, c'est un dollar éventuellement faible en permanence qui causera le plus de souci du fait même du caractère exportateur des entreprises technologiques.

D'une enquête réalisée par la Banque Nationale, il apparaît aussi que quasiment un quart des entreprises technologiques ont vu leur chiffre d'affaires désavantagé par une pénurie de personnel qualifié. Toutes entreprises confondues (de l'ensemble des secteurs économiques), on n'atteint certes que 13 pour cent, mais chez pas moins de 57 fournisseurs de services IT, la carence de personnel adéquat a freiné la croissance. Si une main d'oeuvre valable avait été disponible sur le marché du travail, les entreprises technologiques auraient encore engagé quelque 3.000 personnes supplémentaires, affirme Agoria. Et c'est sans parler des quelque 14.000 informaticiens qui sont recherchés dans toutes les autres entreprises et institutions.

Agoria a en outre mis l'accent - sur la base des négociations gouvernementales - sur le fait qu'elle a toujours défendu la libre circulation des travailleurs dans l'Union européenne, y compris ceux issus des nouveaux pays membres, et que la migration économique d'ailleurs doit également être prise en considération.

Nos partenaires