La NSA utilise son 'propre Google' pour partager les données d'utilisateurs avec les services publics

27/08/14 à 14:12 - Mise à jour à 14:12

Source: Datanews

La NSA exploite un outil de type Google et baptisé ICReach pour transférer en secret les métadonnées de millions de citoyens aux agences gouvernementales américaines. Voilà ce qui ressort de nouveaux documents révélés par Edward Snowden et publiés par The Intercept.

La NSA utilise son 'propre Google' pour partager les données d'utilisateurs avec les services publics

© The Intercept

"Ces documents fournissent la première preuve définitive que la NSA a des années durant mis une masse de données à disposition directe des institutions publiques américaines", peut-on lire dans The Intercept.

Les partenaires de la NSA dans ce programme ICReach sont notamment la CIA, le FBI et la DEA (Drug Enforcement Administration). ICReach - créé en 2007 et conçu en fait comme un outil destiné à pouvoir mieux repérer les suspects - est donc utilisé pour échanger des données avec les services gouvernementaux via une plate-forme unique. Il s'agit donc d'un moteur de recherche à la Google.

Via ce 'robot de recherche interne', quelque 850 milliards d'enregistrements de métadonnées sont partagés, dont des données relatives à des communications téléphoniques, des dialogues de 'chat' et des courriels - quand et avec qui ces courriels sont échangés, quand et à qui l'on téléphone, quand et avec qui l'on chatte. L'outil est également capable de pister l'emplacement GPS des appareils des utilisateurs, selon The Intercept.

ICReach met à disposition des données non seulement de citoyens américains, mais aussi d'étrangers. Nombre d'informations stockées concernent même des citoyens qui "ne sont pas accusés de quelque forme d'inconduite que ce soit", révèlent les documents.

Plus de 1.000 analystes d'un total de 23 agences américaines auraient accès au moteur de recherche, également qualifié de 'one-stop shopping tool'. Même si ces analystes ne peuvent eux-mêmes pas accéder au contenu des courriels ou des communications téléphoniques, ils ont la possibilité d'utiliser les métadonnées pour récolter les pièces du puzzle que constituent le présent et le passé de certaines personnes.

En savoir plus sur:

Nos partenaires