La NSA a espionné le jeu vidéo en ligne 'World of Warcraft'

10/12/13 à 16:49 - Mise à jour à 16:49

Source: Datanews

Le service secret américain NSA a espionné à grande échelle les jeux vidéo en ligne tels World of Warcarft et le réseau Xbox Live. Selon la NSA, ceux-ci peuvent être utilisés pour élaborer des projets terroristes.

La NSA a espionné le jeu vidéo en ligne 'World of Warcraft'

© Reuters

Voilà ce qui ressort de documents éventés par le dénonciateur Edward Snowden et repris dans le journal britannique The Guardian.

Selon ces documents, la NSA a collecté à grande échelle des informations de jeux en ligne tels World of Warcarft et Second Life et a infiltré Xbox Live, le réseau en ligne intégrant 48 millions d'utilisateurs et conçu pour les passionnés de la console de jeu Xbox de Microsoft.

Une foison de cibles Sur ces réseaux, où les participants peuvent s'échanger des messages, tout en jouant, des espions de la NSA auraient tenté de recruter des informateurs, selon The Guardian. L'on ne sait cependant pas si la NSA se sert actuellement encore de ce genre de tactique. Le document éventé date en effet de 2008.

Dans ce document, la NSA qualifie les mondes virtuels des jeux en ligne 'd'environnement qui foisonne en cibles'. Le service secret estime que les jeux ne sont pas assez contrôlés et qu'ils peuvent permettre à des terroristes de communiquer entre eux en secret.

Sur Xbox Live, les joueurs peuvent discuter en direct au moyen de casques et de micros. Selon la NSA, l'écoute de ces conversations pourrait fournir des données biométriques comme l'identification vocale.

Microsoft: 'Pas de commentaire' L'on ne sait pas clairement si la mise sur écoute des joueurs est encore et toujours en cours. L'on ignore aussi de quelle façon la NSA a eu accès à ces jeux.

Blizzard Entertainment, le créateur de World of Warcraft, a déclaré ne rien savoir de ces actes d'espionnage. 'Cela s'est passé à notre insu', a déclaré un porte-parole à The Guardian. Pour sa part, Microsoft s'est abstenue de tout commentaire sur cette affaire. (TV)

En savoir plus sur:

Nos partenaires