La nouvelle initiative scale-ups.eu pour aider les entreprises technologiques à trouver du personnel ad hoc

08/06/17 à 13:16 - Mise à jour à 13:16

Source: Canal Z

La plate-forme 'fintech' B-Hive va lancer scale-ups.eu, une initiative conçue pour aider les entreprises technologiques à progresser. Elle les aidera non seulement à rechercher du capital, mais aussi des collaborateurs appropriés. A cette fin, B-Hive développera des formations conjointement avec la KUL, UGent, Vlerick et la Solvay Business School.

La nouvelle initiative scale-ups.eu pour aider les entreprises technologiques à trouver du personnel ad hoc

Wim De Waele, CEO de B-Hive © Wim De Waele

B-Hive est une plate-forme s'adressant aux entreprises qui développent de nouvelles technologies pour le secteur financier. Elle reçoit le soutien de quatre grandes banques belges et, au début de cette année, elle a fait l'objet d'un subside de deux millions d'euros de la part du gouvernement fédéral.

B-Hive présentera bientôt une nouvelle initiative: scale-ups.eu en vue d'aider les entreprises technologiques à croître. B-Hive les assistera non seulement dans leur recherche de capital, mais aussi de collaborateurs.

"L'impact des nouvelles technologies telles l'intelligence artificielle et l'IoT sera radical. Voilà pourquoi nous devons recycler le personnel technique au sein des entreprises", explique Wim De Waele, CEO de B-Hive.

Dans ce but, B-Hive organisera des ateliers à partir de cet automne. Cela se fera en collaboration avec des experts en analyse données et en IoT à l'UGent et avec le groupe de recherche 'Computerbeveiliging en Industriële Cryptografie' de Bart Preneel à la KULeuven. Vlerick et la Solvay Business School aideront elles aussi à mettre au point les formations.

Celles-ci seront dans un premier temps destinées à recycler les employés disposant d'un bagage technique à l'analyse de données, à l'intelligence artificielle ou à la technologie de la chaîne de blocs. De plus, des ateliers seront aussi organisés pour les développeurs de produits, qui souhaitent par exemple appliquer leur connaissance du secteur financier aux produits technologiques.

Il y a en effet non seulement une forte demande de profils IT dans nos contrées, mais aussi de spécialistes en marketing et de développeurs business initiés à la numérisation. "Nombre d'entreprises technologiques disposent d'une bon produit, mais n'ont pas une connaissance suffisante du marché. Nous pourrons ainsi recycler des personnes ayant déjà travaillé dans le secteur bancaire vers une fonction à occuper dans une entreprise technologique", ajoute encore De Waele. Voilà qui pourrait, par la numérisation, aider partiellement à faire face aux dégraissages dans le secteur bancaire.

Nos partenaires