La Loterie nationale bientôt sur l'internet

12/02/09 à 11:30 - Mise à jour à 11:29

Source: Datanews

La Loterie nationale vient d'attribuer le contrat informatique qui lui permettra de lancer au 4e trimestre de cette année (sans doute en octobre) une série de jeux sur l'internet.

La Loterie nationale vient d'attribuer le contrat informatique qui lui permettra de lancer au 4e trimestre de cette année (sans doute en octobre) une série de jeux sur l'internet.

Ce projet baptisé Interactive Gaming System (IGS) couvrira dans un premier temps quelques jeux classiques (Lotto, Pick3, Keno, Joker et EuroMillions), avant de s'étendre ultérieurement peut-être à d'autres jeux.

Pour mettre en place cet IGS, la Loterie Nationale vient de signer un contrat - "De plusieurs millions d'euros, indique Rob Van der Linden, executive director Operations & ICT, sachant que le montant final doit encore être négocié. "A titre indicatif, nous avions reçu au départ 7 offres allant de 9,4 à 24,6 millions EUR", avec comme soumissionnaires tant des fournisseurs de jeux que des intégrateurs plus 'classiques'.

L'heureux élu est un consortium emmené par GTECH/Finsoft qui prendra en charge l'implémentation de l'infrastructure, la gestion des plates-formes, le CRM, le call center, la gestion des clients, l'éligibilité, etc. Les jeux seront hébergés sur quelque 125 serveurs (à terme) répartis sur plusieurs sites et l'IGS nécessite la mise en place de mesures de sécurité et de controle de l'éthique du joueur. Ainsi, la carte d'identité électronique servira à contrôler l'identité du joueur et plusieurs mesures sont prises pour éviter l'addiction (modérateur de jeux financier, modérateur temporel, compte prépayé avec montant maximum, controle de la perte journalière, possibilité pour le joueur de s'exclure temporairement ou définitivement, etc.

Et sous peu, la Loterie Nationale lancera un vaste cahier des charges pour le remplacement de ses systèmes centraux, ses terminaux et son réseau, outre l'ajout d'un volet multimédia. Un contrat de "plusieurs dizaines de millions d'euros." Sans oublier avant l'été un cahier des charges pour la voix sur IP, soit 370 utilisateurs.

Nos partenaires